490e exercice d’écriture créative imaginé par Pascal Perrat

L'écriture créative pour tous
Créativité littéraire

– Salut Vélin ! comment vas-tu depuis que t’es recyclé ? 
– Un peu chiffon, parfois, et toi ?

Inventez la suite


Votre cerveau est capable de gérer environ 200 exaoctets d’informations. L’équivalent du contenu numérique du monde. Faites-lui confiance pour inventer, créer, imaginer la suite de cette proposition d’écriture créative.

23 réponses

  1. oholibama dit :

    Salut Velin, comment vas-tu depuis que t’es recyclé?
    _un peu chiffon parfois et toi?
    Papyrus se tortilla.Émettant un bruit sec._Ah mon ami, si tu savais, cette sécheresse aura ma trame mais bon…pour moi c’est un éternel recommencement. Toi mon ami l’expérience et toute nouvelle. Tu dois en avoir gros sur le fil, non?

    _Oh oui Papyrus, je ne suis plus comme le papier Japon, plus aussi fin, ni si fier, je m’effiloche pour un rien. Comme toi je craque quant’on me pli…c’est l’enfer pour me remettre. On m’ignore , on me snob moi l’un des meilleurs pour du vulgaire papier de coton bouilli étalé et séché sans délicatesse…laissant le gros grain apparaître, tu vois le genre!

    _Mon pauvre vieux, j’ai connu il y a fort longtemps un type comme toi. Il a eu un succès fou jusqu’au jour ou les autres se sont mis à le dénigrés, crois moi la descente a été rude. Il s’est retrouvé en un rien de temps en bas…pas même bon pour la philosophie c’est tout dire!

    _Bast Papyrus, je me sent si seul, si loin de cette époque merveilleuse ou la plume se faisait délicatesse et tracée sur ma trame de long message, qu’elle douceur, cette sensation de caresse sur mon dos me mené parfois à l’endroit du rêve béat…Je me souviens encore de ces jours ou j’étais posé sur un meuble de prix,ou une belle et longue plume n’attendait que la main pour osée enfin se posée sur moi pour laisser à son tour de longues et ardentes lignées…

    Le bon temps mon ami. A ce jour, je ne suis plus qu’une pièce enfermé dans une rangée de vitres à l’abri de la lumière…on me manipule avec des gants…on s’affole si de petites mains m’empoignent avec vigueur, avec cette envie de lire ce qui se tient encore…message presque effacé d’un temps ou l’on prenait le temps d’écrire de douces mélodies, des mots plein de fougue, des secrets oubliés depuis fort longtemps…

    Quel désastre, je suis comme toi…un chef d’œuvre en péril. Las, je suis las de tout. J’ai entendu les pas pressés de mon scribouillard. Crois-tu qu’il se serait de nouveau intéressé à moi? Que nenni, le déni total, l’ignorance outrageuse, nous ne sommes ami , qu’ancien mis au rebus, quelle déchéance .

    _Ah! Je te comprends mieux maintenant et tes paroles résonnent en moi tels des dards piquants, cruel rappel de notre pauvre vie. Papier nous sommes, papier on nous prend. La vieillesse n’a plus de charme…la jeunesse emplit tout, ignore tout et nous jette au rebus. Mais, peut-être que dans la génération future… Quelques érudits nous observerons d’un œil attentif, que leurs mains avides désirerons travailler avec nous

    Sachons prendre patience, notre vie est encore à venir…y.l.

    Sur une idée de Pascal Perrat.

  2. Michel-Denis ROBERT dit :

    – Salut Vélin ! Comment vas-tu depuis que tu t’es recyclé ?
    – Un peu chiffon parfois et toi ?
    – Moi je me raconte des histoires, ça passe le temps.
    – On dirait que tu as le blues.
    – On peut dire ça. Le blues c’est la nostalgie chantée du temps qui passe, c’est ça ?
    – Qu’est-ce que tu veux dire ?
    – J’ai l’impression que dans mes odyssées, on s’ennuie.
    – Qu’est-ce que tu racontes ? J’en ai vu passer quelques unes, elles sont bien conçues, il y a du suspens. C’est un peu brouillon parfois, il faudrait qu’il soit plus direct avec le lecteur. C’est lui dirige son sujet, tu ne dois pas lui laisser le temps de penser, tu dois le prendre par la main.
    – En parlant de main, où en es-tu avec ton sous-main ?
    – Il a pris cette idée au pied de la lettre. Il en a acheté un.
    – Aurait-il changé de plume ?
    – Il a une plume en or, et le sous-main est en cuir. J’ai gravi un échelon dans la hiérarchie des écriveurs;
    – Vains !
    – Hein !
    – Je savais bien qu’il arriverait à se faire un nom.
    – Oui, c’est ça, il est devenu écriVAIN public. Et le tien, il dit quoi ?
    – Lui ? Il ne réfléchit pas, l’important, dit-il, c’est ce qui est en filigrane.
    – Le mien, il dit qu’il faut savoir lire entre les lignes.
    – C’est un peu le même chose. Le mien, il s’exprime à la machine, heureusement ses cris sont en virtuel, sinon il me casserait les oreilles. Mais quand il en a un coup dans le nez, il parle tout seul. Il imite les cris de ses personnages. J’entends des coups de feu, des hurlements de terreur et des râles d’agonie, j’ai l’impression que ça va finir mal cette histoire.
    – Le mien, depuis qu’il a changé son style haut en couleurs, il ne fait plus de fautes d’orthographe.
    – Et mon oeil !
    – Hein !
    – L’autre jour, il m’a imprimé. Quand toutes les feuilles sortirent de la machine, une giclée de sang a maculé tout son travail.
    – Ne t’inquiète pas, tout cela n’est que virtuel.
    – Non, il est réellement mort. Tous ses personnages qu’il avait inventés sont arrivés chez lui. Un coup de pétard et il s’est affalé sur son écran.
    – Non tu blagues ! C’est hard ton histoire !
    – Non, tu verras, si tu lis bien leur programme, ils ont joué les cons finement !
    – Ils ont osé !

  3. Avoires dit :

    Salut Vélin ! comment vas-tu depuis que t’es recyclé ? 
    – Un peu chiffon, parfois, et toi ?
    Inventez la suite

    – Oh !moi, je suis nostalgique. Serge avait déjà tout vu. Ah, celui-là !.. Tiens, il a même parlé de toi
    – Serge ? Il a parlé de moi ? Qui est ce Serge ?
    – Gainsbourg voyons !. Ça ne te dit rien ? Les petits papiers, sa chanson chantée par Régine. Mon vieux, secoue-toi et fais marcher ta mémoire. Tu as certainement dû l’entendre vu ton âge.
    – Mais, il ne disait rien sur le vélin que je sache !, ses papiers étaient plus prolos il me semble. Nous les vélins , nous sommes si particuliers, si beaux si…
    – Qu’importe, il a mis de la poésie autour des papiers. Tu sais que nous sommes une grande famille et je ne remercierai jamais assez Pascal de nous avoir mis enfin sur le devant de la scène.
    – Tu as raison, je n’y avais jamais pensé. Nous tenons une grande place dans la société.
    – Surtout depuis qu’il y a l’informatique : il paraît qu’on nous utilise encore plus : c’est pour faire marcher le marché des imprimantes, j’en suis sûr.
    – Oh ! Moi, tu sais de mon temps, c’était au stylet ou à la plume d’oie, à la main, que nous étions traités. Maintenant, nous sommes dans des bibliothèques, des musées et autres conservatoires pour vivre nos derniers moments.
    – Dis donc, c’est pas mal ! Je ne peux pas en dire autant pour moi.
    – Oui, au fait : qui es-tu ?
    – Le papier du journaliste

  4. Alain Lafaurie dit :

    – Salut Vélin ! comment vas-tu depuis que t’es recyclé ? 
    – Un peu chiffon, parfois, et toi ?
    – Moi ? Comme d’habitude morose. Vergé quadrillé par les vergeures et les fils de chaîne, je me sens comme en prison.
    Et tu sais comme j’envie ta finesse de constitution qui t’a valu de servir de support aux plus belles enluminures. De fait, comparé à toi, je ne suis qu’un brouillon.
    – Allons, allons, ressaisis-toi. J’ai appris que des gens de la haute t’utilisait pour des faire-part. Tu devrais t’en féliciter.
    Quant à moi, adieu la peau de veau mort né. Qu’en dirait en effet les ayatollahs de la défense de la cause animale ? Je ne suis plus qu’une synthèse, un amalgame qui peine à donner le change.
    – T’as le blues, moi aussi. Normal, à l’époque du tout dématérialisé, notre avenir est limité. Factures électroniques, romans numériques, ils auront notre peau !
    Tiens, voilà un collègue, Olà Crépon, que tal ?
    – Festif, coloré et joyeux c’est ma nature. Mais compte tenu du contexte, on me boude. Les gens n’ont pas le cœur à festoyer.
    – Vélin et moi, on faisait le même constat. Le papier devient has-been. De plus, on nous rend responsable de la déforestation de l’Amazonie, de la diminution de la couche d’ozone et de bien d’autres maux.
    – Ce qu’il nous faudrait – déclare Crépon – c’est une campagne de réhabilitation menée par un lobbyiste d’une renommée équivalente à celle de Greta Thunberg pour l’écologie.
    – Riche idée, poursuit Vélin, mais où dénicher cette perle rare ?
    Crépon pris d’ue soudaie inspiration :
    – Mais, dis-moi, Vergé, Maître Vergès, le défenseur des causes perdues, c’est pas de ta famille ?
    – Un lointain cousin mais il a passé l’arme à gauche…

  5. RENATA dit :

    – Un peu chiffon parfois , et toi ?
    – En ce moment je coince la bulle , pas trop de taf , je rame . Par contre , j’ai croisé crépon , si tu voyais sa tête , elle frise !!! elle a dû perdre l’adresse de son coiffeur !
    Tu sais ce qu’elle m’a dit ? Que papier de Chine et papier chinois de la famille Xuan , sont en quarantaine pour une histoire de reproduction virale non autorisée .
    – Non !! je savais qu’ils voulaient se réorienter en tract , ils n’ont pas choisi la bonne trame . Tu sais que papier flash a disparu comme par magie?
    – Oui , ne t’inquiète pas , il a été absorbé par la société Buvard .
    – J’y pense , toi qui ne travaille pas en ce moment , il y a papier connecté et électronique qui sont décalqués , ils cherchent des partenaires , ça peut te correspondre .
    – Pas très envie , avec ma mine de papier mâché il vaut mieux que je reste transparent , voire invisible . Aller , Ciao ! à notre prochain face à face ou recto – verso !
    Et la photocopieuse redémarra .

  6. françoise dit :

    489/- Salut Vélin ! comment vas-tu depuis que t’es recyclé ? 
    Un peu chiffon parfois, et toi ? 
    Oh moi depuis,que mon écrivain en herbe m’a mis dans un rouleau de machine à écrire , moi un parchemin datant de l’époque de Pline l’Ancien, c’est ce que lui a dit son père, je résiste, je résiste sans trop en avoir l’air et sans trop y croire Avec mon âme de philosophe je me fais à l’idée, moi qui avais toujours rêvé d’aller rejoindre les nombreux parchemins, papyrus et autres qui se trouvent à la bibliothèque nationale François Mitterand, rue François Mauriac (que de François) de finir ma vie dans une corbeille à papier comme beaucoup de vulgaires feuilles de format A4.
    Je ne sais trop où ces camions-bennes verts de la ville de PARIS nous emmènent, ni ce que l’on devient au bout de notre ultime voyage. Ce qui est sûr c’est que personne n’en revient, pas même les Présidents .
    – Mais que nous importe !
    – Tout de même j’aimerais bien être une feuille numérotée d’un livre qui serait lu, soit par des écoliers, des universitaires, ou que sais-je encore. Je m’imagine bien être une feuille de dictionnaire, bien que maintenant avec internet on ne nous consulte plus guère.
    Soudain on entend la porte s’ouvrir brusquement et un homme tenant le petit françois par l’oreille lui crier, arrachant la feuille du cylindre de la machine à écrire « tu me copieras 20 fois « le pluriel de papyrus est papyri.

  7. Catherine M.S dit :

    Vieux Monde

    – Salut Vélin !
    Non, pas vilain, Vélin
    Tu as mal entendu vieux machin …
    Il paraît que tu es recyclé
    Alors ça fait quel effet ?

    – Un peu chiffonné, je dois l’avouer
    Et certains jours en mal d’amour
    Je ne suis plus admiré ni caressé
    Comme au bon vieux temps
    Mais plutôt délaissé comme un vieil amant
    Ma subtile douceur d’antan
    A fait place à un gros grain rebutant
    Qui fait fuir les plus belles plumes
    Je n’entends plus leur crissement
    Je ne retiens plus leurs atermoiements
    Qui faisaient durer le plaisir
    Pour moi de les sentir
    Rien n’était trop beau pour elles
    Je me devais d’être soyeux et sensuel
    Pour accueillir consonnes et voyelles
    Sais-tu jeune hâbleur
    Que j’étais vénéré par les plus grands scripteurs
    Qui savaient, eux, me rendre les honneurs ?

    – Hé Vélin, cette époque est révolue
    Des vieilles barbes comme toi, on n’en veut plus 
    Place aux claviers, à la modernité
    Au rebut les vieux papiers !

    A ces propos assassins
    Vélin n’opposa que mépris et dédain
    Et s’en fut, serein
    Laissant son interlocuteur cracher son venin.

  8. Kyoto dit :

    – Salut Vélin ! Comment vas-tu depuis que t’es recyclé ?
    – Un peu chiffon, parfois, et toi Papy‘Russ ?
    – Ma foi, je ne me plains point. Je ne voudrais pas te mettre en boule, mais tu es bien froissé et tu dégages une odeur de papier mâché.
    – Si l’on avait quémandé mon avis, je ne serais pas dans cet état lamentable.
    – Que voulais-tu ?
    – Cher Papy’Russ, j’aurais aimé te ressembler. Je t’ai toujours admiré et considéré comme une icône naturelle. Utopie.
    – Mais, ton désir le plus profond ?
    – Papier de soie de Chine m’aurait emballé, mais l’idéal : Papier à cigarettes.
    – Quelle idée saugrenue ! Pour quelle raison ?
    – Pour son origine naturelle, sa finesse, sa blancheur angélique, sa capacité à rendre l’Homme béat ?
    – Comment ça ?
    – Imagine-le, Papy’Russ ! L’homme retire délicatement du petit livret cartonné une feuille. Il la regarde avec des yeux d’amoureux, elle, si fragile, si douce, si pure. Il y dépose méticuleusement du tabac, ou d’autres herbes… Soigneusement. C’est quand même plus tendre que de bourrer une pipe…Il modèle le tout pour former une cigarette. Alors le summum se pointe. Quand tout lui semble parfait, il approche la presque-cigarette près de ses lèvres chaudes et charnues, et du bout de sa langue rose et humide, il lèche la partie collante de la feuille. Sensualité assurée. Ensuite, il la hume, lentement, comme un ralenti. Parfois, pour faire durer le plaisir il la pose sur son oreille. En attente de l’acte suprême. Et quand le désir atteint son paroxysme, il la prend entre ses lèvres avides et il l’allume. Apothéose. Il la consomme. La feuille se consume. Il restera un plaisir intense mais éphémère. Et des cendres qui retourneront à la Nature.

  9. Clémence dit :

    – Salut Vélin ! comment vas-tu depuis que t’es recyclé ? 
    – Un peu chiffon, parfois, et toi ?

    Ils avaient eu le coup de foudre pour cette demeure alors qu’ils étaient en vacances dans le Sud.

    C’était une charmante maison aux tuiles roses, nichée au creux d’un minuscule vallon. Les herbes folles se disputaient pacifiquement l’espace avec les fleurs locales tout en jouant à l’unisson pour parfumer l’air de cette fin de printemps.

    Quelques mois plus tard, ils y déposaient armes et bagages. Et bien vite, cette expression devint réalité. Ils se disputèrent comme des chiffonniers pour un espace. « Leur» espace. Celui où ils pourraient enfin réaliser les projets qu’ils avaient toujours renvoyés aux calendes grecques.

    Il, c’était pas n’importe qui.
    Il, c’était le philosophe.
    Elle, ce n’était pas n’importe qui non plus !
    Elle, elle était magicienne.

    Après des jours et des lunes d’âpres discussions, ils fumèrent le calumet de la paix.
    Tous deux s’installeraient dans le pigeonnier.
    Lui,côté nord, avec une vue sur les grands pins et les chênes séculaires.
    Elle, côté sud, avec vue sur les chênes séculaires et le minuscule village médiéval perché sur sa colline, tout aussi minuscule.

    La paix étant signée, la guerre pouvait commencer. Ils choisirent leurs armes. Outils scripteurs et rames de papier.

    Dès le matin, les tourterelles roucoulaient, le philosophe et la magicienne aussi.
    Elles, nichées dans le feuillage argenté de l’olivier, eux, devant un petit déjeuner copieux.

    La campanile leur donnait le signal de départ.

    Les jours pairs, c’était lui qui montait l’escalier en premier ; les jours impairs, c’était elle.
    Et ensuite, ils s’adonnaient à l’écriture.
    Ils avaient choisi un lied de Schubert pour se mettre dans l’ambiance. Der Gondelfahrer. Le Gondolier.
    Trois minutes et quelques quadruples croches enchanteresses.
    Puis le silence.
    Suivi d’un glissement. Une feuille de vélin fila dans la corbeille à papier.
    Quelques instants plus tard, une boulette le rejoignit.

    Schubert. Encore. Le sublime Notturno.
    La magicienne monta le son. Le philosophe planait.
    Les petits papiers pouvaient enfin converser.
    – Salut, Vélin, comment vas-tu depuis que tu es recyclé ? demanda la page de la magicienne.
    – Un peu chiffon…répondit la page du philosophe.

    La page de la magicienne ne put laisser ces mots en suspens . Une envie frénétique de dialogue la faisait frémir. Elle avança doucement son premier pion.
    – Tu es au courant du projet du philosophe ?
    – Par bribes. Je l’ai entendu se plaindre de tant de misères de par le monde…
    – C’est vrai, reprit la magicienne, je crois qu’il n’existe plus un seul petit coin sur terre où l’on puisse être pleinement heureux. C’est pour cette raison que j’ai envie d’écrire un recueil : « L’éloge de l’Inutile ». Intéressant, non ?
    – La tâche est immense et nous, les spécialistes en tous genres, ne serons jamais assez nombreux…

    Vélin fut interrompu dans sa lamentation par une feuille jumelle qui glissa dans la corbeille. La page de la magicienne, roulée en chiffon, s’empressa de jeter un coup d’œil.
    – Mazette, s’exclama-t-elle, le philosophe déclare forfait ! Du jamais vu !
    – Explique-toi…
    – Il ne fait plus cavalier seul ! Il lance un appel ! Et la liste des « istes » et « ogues » est bien longue…
    – C’est signe qu’il se sent mal, très mal, soupira Vélin alors qu’une feuille triplée vint les rejoindre.

    La magicienne, roulée comme un chiffon hésita. Elle se rappela que la curiosité est un vilain défaut . Et par les temps qui courent, il valait mieux redoubler de prudence.
    La magichiffonnette toussota, déplissa sa robe et grimpa sur le rebord de la corbeille. Lentement, elle retira l’épingle de ses cheveux. Elle était divine. Tout simplement.

    Vélin fut ébloui par tant de beauté.
    Il défroissa sa tenue.
    Dépoussiéra le col de sa veste.
    Déboutonna le haut de sa chemise.
    Retroussa élégamment ses manches.

    Tels des funambules, ils avancèrent sur le rebord de la corbeille.
    Il tendit les bras.
    Elle s’y blottit.

    Le philosophe désespérait.
    La magicienne voulait encore y croire.
    Ils oublièrent leurs ambitions et dans un recueillement absolu, ils écoutèrent le « Quatuor pour la fin du temps. »

    © Clémence.

  10. pakita POM dit :

    Salut Vélin ! comment vas-tu depuis que t’es recyclé ? 
    – Un peu chiffon, parfois, et vous ?

    « -Top la classe, numéro un des caddies, moi j te le dis ! La revanche de l’humble sur le nanti.
    T’as loupé le coche, dans la vie, faut savoir se rendre indispensable, surtout en période de confinement… Même plus la peine d’être molletonné pour être plébiscité. Ils ont tellement peur de manquer que même fin comme du papier 0 cigarette, ils continueraient à me stocker. Y zont tellement la trouille de clamser que ça leur colle la diarrhée et les plus jeunes, moins foireux mais 0 bout d’idées utilisent mes rouleaux pour bricoler ..

    – C’est effectivement ce que j’ai oui dire et vous m’en voyez bien mari, moi le fin, le racé, devoir finir en simple déclaration de sortie en période de confinement, .quelle ignominie !
    Mes ancêtres, voyez vous, vinrent au monde il y a plusieurs siècles déjà, pour remplacer le plus fin, le plus coûteux de tous les parchemins, le vélin, fait de la peau d’un veau mort né. Ils acquérirent, je tiens à le dire, leurs lettres de noblesse en côtoyant Benjamin Franklin qui leur fit le grand honneur de les solliciter pour porter le texte de la constitution américaine. Mes aïeux, nobles et aventureux, eurent la primeur de s’élever dans les airs avec les frères Montgolfier ,Voila de quoi être fier !

    – Arrête de te la péter et de me snober, parce que moi, je vais te dire, un jour, tu vas y passer, déjà que certains se servent de leur smartphone plutôt que du papier pour avoir le droit de se carapater . Craneur, le @ book, tu connais ?

    – Je vois bien là les limites de votre éducation ! Parlez vous de hiboux ou de bouc ? II faut être clair ! Bien que dans votre cas et sans vouloir vous offenser, vos origines mêmes – votre nom n’était -t- il point bulle corde lisse , rapport à la couleur de la corde,- ou oserais je le dire, votre fonction … pardon vous condamnent à une couleur beigeasse sinon pire !
    Très plébéien que tout cela . Ou peut être est ce cette manie que vous avez des raccourcis vous ramenant à rien moins qu’un sobriquet, une onomatopée : PQ !
    Si vous eûtes votre heure de gloire éphémère, quelques temps au siècle passé, sachez que vous ne faites pas l’unanimité et qu’il est bien des pays où l’on réfute votre pratique, la jugeant bien peu hygiénique …

    – Même froissé, recyclé, tu peux pas t’empêcher de te la peter

    – Vos fréquentations vous inspirent ! Je n’y peux rien , voyez vous, j’ai depuis tous temps gravé en filigrane, au tréfond de moi, les insignes de mon rang. L’elegance, cela ne s’invente pas. Enfin, pour mettre un terme à cette regrettable conversation , j’ajouterai que les esthètes, les artistes et les amoureux ont depuis longtemps fait leur choix et que jamais nous ne perdrons nos lettres de noblesse, comme le fait un grand cru, alors que vous, ne serez jamais qu’un torche cul ! »

    Le laisser passer de vélin recyclé, un peu chiffon, un peu froissé d’avoir une heure durant dans une poche en si triste compagnie séjourné, à la demande cependant s’ouvrit fort élégamment devant le représentant de la loi qui, devant tant de classe, resta coi . Ce que l’histoire ne dit pas, c’est ce que faisait un vulgaire morceau de PQ dans cette même poche. Quoi qu’il en soit, dans la précipitation à répondre à l’injonction du maton, bulle corde lisse alias PQ, sur le sol, tomba. Personne ne le ramassa -cela ne se fait pas – et, quand la propriétaire de la poche , un instant plus tard, les intestins chavirés, dans les toilettes se précipita, c’est hélas, faute de mieux ou de moins, le vélin qu’elle utilisa !

  11. Grumpy dit :

    – Salut Velin ! Comment vas-tu mon vieux ?

    – Cahin caha, couci couça, comme tu vois, un peu chiffonné, je n’arrive pas à me défriper

    – Ah, barbouillė toi aussi alors ?

    – Oui, comme-ci, comme-ça, roulė en boule. Et toi ?

    – D’ici-de-là, crėponnė de partout.

    – viens, on va boire un bon coup, des fois que ça nous remette devant-derrière !

  12. Maguelonne dit :

    -Salut Vélin.Comment vas tu depuis qu tu es recyclé ?
    -Un peu chiffon parfois, et toi ?
    -Bof, bof. Mais que veux tu dire, par un peu chiffon ?
    -Parfois je regrette le temps d’antan. Tu sais j’étais rare, précieux, réservé à une élite cultivée. J’étais noble.
    -Là, tu fais ton snob. C’est bien que les bouquins soient accessibles à tous.
    -Parfois on peut se demander à quoi ça sert ! Mais tu as raison, faut vivre avec son temps. Et toi, Serpillère tu as un petit coup de blues ?
    -Non, non, moi je suis en colère contre ma patronne. Elle me maltraite, me détruit.
    -Je la vois s’agiter sur le balcon. Qu’est ce qu’elle a ?
    -Tu as vu : sur le balcon il y a une pergola que les pigeons adorent, et je dois le reconnaître, c’est plutôt dégueulasse. Ça fait un mois qu’elle est toujours là. Elle est devenu « pigeonophobe » à fond.Chaque fois qu’un de ces volatil se pose sur une poutre, elle bondit sur le balcon, brandit le balai, et je te contorsionne à droite, et je te torsionne à gauche, et flexion arrière, et flexion avant, et elle saute comme une grosse sauterelle
    -Je connais ça . Ça s’appelle la danse de St Guy.
    -Et en plus elle hurle: « quand je pourrai sortir, je vous attirerai avec du pain et avec ma canne tac,tac,tac,tac,tac, tac…je vous éradiquerai sales bêtes »
    -Elle est malade, faut pas lui en vouloir.
    -Et la javel, toi tu ne connais pas la javel ! Ça t’étouffe, ça brûle, ça déchire. Il n’y a pas longtemps que je suis en service et j’ai déjà un trou.
    -C’est vrai. Tu ressembles au gilet tricoté par Thérèse dans le Père Noël est une ordure.
    -Rigole pendant qu’il en ait encore temps. Sais tu que s’ils le voulaient ils arriveraient même à faire du papier avec les fientes de pigeon. Alors il dira quoi Vélin le noble quand il sera fait de crotte
    -Ne te fâche pas. Ils ont inventé de nouvelles matières qui donnent des serpillères qui lavent tout, toutes seules. La folle pourrait te remplacer.
    -Pas de danger, elle est trop radine, elle va me garder jusqu’au bout. Dis, c’est grave la danse de St Guy ?
    -Très grave, on ne guérit pas. Avant on les brûlait.
    -Ah, euthanasie active, ça on ne peut plus faire. Dommage. Je crèverai avant elle, mais elle a un carton plein de consœurs au garage, elle crèvera avant la fin du carton. Elle est déjà à un stade avancé de la maladie.
    -Bon Serpi, le vent se lève. Je rentre avant de m’envoler. Et merci, je me sens mieux. Ça fait du bien de voir qu’il y a toujours pire.
    -Ton empathie me touche. C’est très classe. Grrr

  13. Fanny Dumond dit :

    – Salut Vélin ! comment vas-tu depuis que t’es recyclé ?

    – Un peu chiffon, parfois, et toi ?

    – Moi, je suis triste depuis que le moulin Richard de Bas est fermé.

    – Ah oui, c’est toi qui as été utilisé pour l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert.

    – Depuis ces temps anciens, j’ai de belles inclusions florales hautes en couleurs qui ont fait ma réputation dans le monde entier. En ce si beau printemps les cueilleuses de fleurs sont au chômage. Quelle poisse ce monstre ! Plus personne ne vient m’admirer et les amoureux des belles lettres ne peuvent plus écrire leurs mots bleus. Savais-tu que certaines utilisent des calames tant je suis beau.

    – T’aurais pas un peu les chevilles qui enflent, toi ? Moi aussi je suis beau.

    – Ouais, si tu veux. Je ne vais pas contrarier en ces temps où l’on a autre chose à faire que se prendre la tête pour des broutilles.

    – En attendant, ils peuvent écrire leurs bafouilles sur leur écran.

    – Tu parles ! Elles ont l’air de quoi la poésie et les lettres d’amour sur ce truc qui t’arrache les yeux.

    – Et tu crois que les gens écrivent encore ?

    – Bien sûr, ils sont de plus en plus nombreux. Si t’avais vu tous les visiteurs que le moulin recevait chaque année.

    – T’es une star alors ! Bon ben moi je vais me recoucher dans ma boîte en attendant des jours meilleurs.

    – Oui, gardons toujours espoir.

  14. Corinne JAHIN dit :

    Salut Velin ! Comment vas-tu depuis que tu es recyclé ? Un peu chiffon parfois, et toi ? Se dirent les deux amis.

    – Ah ! Dis Velin, je dirais que je suis passé à la moulinette lors de la phase de recyclage. J’étais vieux, sale, ma mine avait jauni, pourtant je ne suis pourtant pas hépathique. Mon écolo de propriétaire, féru d’activités épistolaires et graphiques, ne me trouvait plus à son goût. Comme j’avais perdu toutes les qualités de ma jeunesse, ma douceur, mon moelleux, ma blancheur et j’en passe, il a décidé tout bonnement que j’avais fait « mon temps », étant devenu un senior comme on dit maintenant !
    Donc, il me convertit. Pas dans une quelconque religion, non mais à un sort pour le moins insolite…

    – Oh ! Tu es bien pessismiste. Tu devrais bien au contraire te réjouir d’avoir un propriétaire responsable et soucieux de l’avenir de la planète. Je pense que le reyclage est plutôt une bonne solution, c’est entrevoir un « autre possible », c’est connaître une seconde vie avec une seconde chance de la rendre meilleure que la première ! Le rassure Bible.

    Velin lui rétorque :
    Tu es bien philosophe, aujourd’hui mon ami ! Mais toi dis-moi ? en quoi as-tu été transformé ?
    – En cahier de brouillon ! réplique Bible
    – Mais c’est horrible ! Finir comme cà, toi le papier le plus honorable, tu parles d’une nouvelle vie ! Répond Velin excédé.
    Mais pas du tout, bien au cotnraine ! D’après toi, qui se sert le plus d’un cahier de brouillon  ?
    -J’sais pas, lui dit Velin en haussant les épaules.
    Ce sont les petits écoliers pour faire leur premiers devoirs.
    Quel régal quand leurs petits doigts me caressent. !
    J’en frémis de bonheur ! S’exclame Bible.

    – C’est une façon de voir les choses. Quant à moi, j’ai été découpé en petits morceaux par mon utilisateur qui a eu l’idée saugrenue de me coller sur une toile pour en faire une œuvre d’art contemporaine ! Autrement dit, comptant pour rien !

    – Arrête mon bon ami, ton cynisme ! Tu devrais te rejouir de ta destinée. De quoi te plains-tu ? Tu seras exposé dans les salons et foires artisanales, des visiteurs vont admirer alors que moi, en cahier de brouillon, après être rempli de gribouillis et de taches, je serai jeté à la corbeille sans nulle autre cérémonie et ma mort sera assurée ! Lui répond Bible bien fataliste.

    – Vu sous cet angle là, je ne te donne pas tort à la seule exception près que les bonnes critiques si tant est qu’il y en aura car j’ai un sacré doute sur mon esthétique future, seront adressées au plasticien. Je n’ai été que le matériau nécessaire à son acte de création et je n’en récolterais rien pour moi-même ! Affirme Velin d’un ton amer.

    – Alors là , mécréant, tu commets un péché d’orgueil ! lui assène Bible.

  15. Pompelair dit :

    – Salut Velin ! Comment vas-tu ?
    – et toi Sopalin ?
    – je crois qu’on s’est fait rouler …
    – rouler ? et par qui ?
    – bof, écrit-tout et essuie-tout, on est passés de mode
    – ah ouais, et pourquoi ?
    – Hè, celui qui déroule en ce moment, c’est papier-cul…

  16. Bourgeois dit :

    – Salut Velin, comment vas-tu depuis que tu t’es recyclé?
    – Un peu chiffon parfois, et toi?
    – Parfois besoin d’un papier d’arménie pour ma sérénité et d’un papier buvard.
    – As – tu songé à papier de soie? pour des idées?
    – Pour l’instant je bavarde avec papier sulfurisé.
    – Ah oui?
    – oui, nous cuisinons avec papier bristol.
    – Fichtre, et moi qui croyait que tu manquait d’idées§
    – Non, j’aimerais seulement, revoir papier couleurs pour une bonne présentation!
    – Appelle papier carbone, il a son téléphone.
    – Bonne idée!
    On embarque papier kraft§
    – Sympa, j’embarque papier journal!

  17. Antonio dit :

    – Salut Vélin ! comment vas-tu depuis que t’es recyclé ?
    – Un peu chiffon, parfois, et toi ? T’as disparu de la circulation, j’ai l’impression !
    – Ils m’ont jeté comme un malpropre…
    – Oh, la vache !
    – Mais j’m’en tanne, un jour, j’aurai leur peau à ces reliures, t’inquiète !
    – J’en suis tout froissé, tu étais la star des livres d’art, le dur à cuir, couronné au film d’or. La production ne jurait que par toi.
    – Les temps ont changé, Vélin. Le monde est devenu vegan, les gens veulent savoir aujourd’hui si l’art c’est du cochon ou du veau. Place au liège, au denim, au pneu…
    – Ça me remue les boyaux !
    – Et c’est pas tout, ils ont recruté des « cuiroïdes » à base de végétaux pour nous remplacer.
    – Ah oui, j’ai vu passer un groupe d’ananas de Pinatex l’autre jour, c’était pour ça.
    – Encore, toi t’as de la chance, t’es recyclé.
    – Tu parles, j’arrive au bout du rouleau, je vais finir comme toi, dans pas longtemps.
    – Allez viens, je t’emmène dans une librairie ancienne où de vieilles peaux paginent encore, comme au bon vieux temps. T’auras qu’à te glisser entre leurs pages pour te sentir exister une dernière fois.
    – C’est pas risqué, et si on se faisait remarquer ?
    – T’inquiète, les rues sont désertes, y a un dur à cuire qui les tient en joue, derrière leurs masques en polypropylène.

  18. Nadine de Bernardy dit :

    Salut Vélin!Comment vas tu depuis que tu es recyclé?Un peu chiffon parfois et toi?
    Oh,moi tu sais je fais ma vie par chemin et par vaux,je continue à apporter aux gens des nouvelles de toute sorte.Pas sous la même forme qu’autrefois mais je suis toujours autant attendu.
    Je n’ai pas été trop froissé par mon nouveau look bien que l’ancien me manque parfois.
    Tu sais qu’au 18ème siècle,ma surface soyeuse et sans vergeure était très prisée par les gens aisés ,le comtesse de Ségur entre autre, a usé des pages et des pages de vélin.
    J’ai circulé à travers toute l’Europe en malle poste,j’en ai vu du pays!
    Mais bon, inutile de faire dans la nostalgie,maintenant je peut être de toutes les couleurs,de tous les formats,je porte le nom de papier à correspondance et j’ai,les jours fastes, l’honneur du stylo plume.
    Et toi alors,c’est pas la grande forme on dirait.En tout cas,chiffon ou pas il ne faut pas te laisser abattre mon vieil ami.On en a vu d’autres depuis le papyrus!
    Tiens,je t’ai fais une petite cocotte,histoire de te faire sourie.

  19. Laurence Noyer dit :

    Salut Vélin comment vas-tu ?
    Je vais, vélin, vélin,
    Parchemins et par veaux
    Parfois peau de chagrin
    Parfois à fleur de peau

    Et toi chiffon, comment vas-tu ?
    Je défroque mes loques
    Il me faut recycler
    En loque mes défroques
    Vive le papier mâché

  20. Blackrain dit :

    – Moi, je n’ai pas eu de « pot ». Mon fil est « mort-né » et mon mari s’est conduit comme un « veau ». Il n’a même pas assisté à l’accouchement. Il a préféré faire du « vélo » avec ses copains plutôt que de me tenir la main.
    – Quel salaud ! Heureusement le mien est une bonne pâte mais il a la fibre paternelle, une fibre naturelle. Avec lui mon accouchement a fait un « carton » même si pour moi c’était « coton ». Il a quand même pris un coup de « bambou » lorsqu’on lui a dit que c’étaient des jumeaux. « Lin » est né comme une fleur, le crâne bien lisse. L’autre était à la « bourre ». Il s’était positionné sur « laine ». Il était coincé. Le faire sortir n’allait pas de « soie ». Mon mari a dû sortir de la chambre. Il a fumé un peu de « chanvre » en jouant au « ramie ». Lorsqu’il est revenu j’étais délivrée. Le petit est sorti à tous « crins » dans la difficulté.
    – Des jumeaux, comme je t’envie. Il va falloir que je m’y remette. Mais pour le moment mon mari n’est plus dans mes papiers. J’étais furieuse, alors je l’ai viré. Depuis il ne cesse de m’écrire. Quand il voyage il m’écrit en papier d’Arménie, de Chine, Hollande ou en papier Bristol. Quand il a faim de moi il me le dit en papier mâché ou en papier bouffant. Je lui réponds parfois en papier gommé ou en papier buvard pour le laisser à distance. Pour le rendre jaloux je lui dis que j’ai correspondu avec Patrick en papier de verre. Alors il s’enflamme en papier flash et devient fou sur papier timbré. Il me sort les violons en papier Ingres pour caresser mon côté écolo sur papier carbone, pour me dire que sans moi il ne dort plus sur papier couché ou qu’il en a des migraines sur papier à en tête. Mais voilà, après être resté dense, opaque et résistante sur papier bible je crois que je vais reprendre contact avec lui sur papier lentille.
    – C’est peut-être mieux comme ça si tu veux pouvoir tricoter une belle famille. Il va falloir que sur le métier tu te mettes à tisser.

  21. iris79 dit :

    – Salut Vélin ! comment vas-tu depuis que t’es recyclé ?
    – Un peu chiffon, parfois, et toi ?
    -Oh moi tu sais, je suis déjà bien contente d’être là. Tu m’aurais dit que je serais toujours là après la grande machine, je ne t’aurais pas cru ! Mon grain est un peu plus gros mais qu’est-ce que tu veux ! Ça me donne du relief ! J’aime assez à vrai dire !
    -C’est vrai que ça te donne du caractère. Ah mais tu as vu le teint de ceux d’en face ? Ils ont du souci à se faire…
    -Oh tu sais, méfie-toi des krafts ; ils sont un peu grossiers et bruyants mais ils résistent assez bien ! Ils ont toujours meilleure mine que les feuilles de papier de soie et de papier sulfurisé. Elles font les précieuses, mais il n’y pas grand-chose à en tirer.
    -Bon il parait que ce soir, il y a la fête au rayon des bristols ! Et attention parce qu’eux, tiennent plutôt bien la secousse ! Ils paraient qu’ils ont invité les papiers de verre, et crois moi ceux-là, il ne vaut mieux pas s’y frotter…
    -ah bon et il y aura qui encore ?
    -ah mais toute la boutique ! Les mâchés, les marbrés, les millimétrés (ah je ne les aime pas ceux-là, quelle bande de coincés), les aquarelles, les buvards (et ceux-là crois moi, quand ils boivent, ça déchire !).
    -Mais qu’est-ce qu’on fête ?
    -Notre retour en grâce pardi ! Tu n’es pas au courant ? C’est le papier journal qui me l’a dit. Mais nos ventes explosent ! Vise un peu là-bas, près des chinois, tu vois les travaux ? Il parait qu’on va doubler la surface de la boutique.
    -Ah ben moi qui croyais qu’avec l’ascension fulgurante du numérique, la fermeture ne ferait pas un pli…
    -Ah mais pas du tout ! Au contraire, il parait que les gens nous redécouvrent et nous réclament ! Et oui, ça écrit, ça créé, le fait main redevient à la mode, ça redécouvre les vertus de la correspondance épistolaire, ça bricole dans les chaumières !
    -Oh ben dis-donc, je ne voyais pas qu’il se tramait tout ça !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

non diam massa in Sed efficitur. libero amet, vel, ut ut Lorem