Ce qu’un lecteur a de plus précieux

Posez-vous cette question au moment d’écrire pour un public :
Que m’accordera de plus précieux une personne qui me lira ?
Réponse : SON TEMPS !
Un temps qu’elle n’aura pas envie de perdre à attendre, au fil des pages, qu’un lien s’établisse entre son goût littéraire et ce que vous racontez.

Pour attaquer un écrit, chargez votre stylo avec des verbes d’action et tirez immédiatement sur tout ce qui l’alanguit.

Pascal Perrat

Dès les premières lignes, veillez à mettre vos lecteurs dans les meilleures dispositions possibles. Et ne rien relâcher dans les premières pages qui s’ensuivent.

Après avoir écrit une dizaine de pages, trouvez le temps de bien vérifiez si…

– Vous pouvez dire la même chose avec moins de mots.

– Vous vous êtes renouvelé
La routine tue le style : obligez-vous à trouver de nouveaux exemples,
comparaisons, métaphores, etc. Renouvelez-vous !

– Vous êtes clair
Ne demandez aucun effort de lecture à vos futurs lecteurs, ils vous en sauront gré.

– Vous n’employez pas trop d’expressions toutes faites
 » Clichés.»

– Vous ne vous êtes pas écouté écrire
Supprimez tous les effets de style, tous les ornements superflus.
Ne « phrasouillez » pas pour vous faire plaisir.

– Votre texte coule à la lecture
Lisez-le à haute voix pour entendre les couacs.
Remplacez tout hiatus, cacophonie, ou liaison équivoque quand « ça grince »

– Vous avez vérifié l’utilité de chaque phrase
À la relecture, supprimez ou réécrivez toutes les phrases qui ne font pas avancer votre histoire.

– Vous avez écrit en pensant à captiver vos futurs lecteurs.

– Vous avez créé des formules riches et concises
La brièveté d’un raccourci imagé est facile à lire et frappe l’esprit.
C’est beaucoup plus parlant avec beaucoup moins de mots.

BREF ! Plongez tout de suite vos lecteurs dans le vif du sujet. L’intrigue doit se mettre en place dès les premières pages. Bien avant que votre livre ne leur tombe des mains. Bien avant qu’ils pensent perdre leur temps.


NOUVELLES CONDITIONS POUR RECEVOIR MES COMMENTAIRES

Depuis 10 ans, je réponds gracieusement et en privé à chaque personne qui publie un écrit sur le blogue.
Je continuerai, mais différemment pour les nouveaux abonnés (es).

Dorénavant, il faut être membre bienfaiteur de l’association et faire un don de 7 € au minimum, chaque année, pour recevoir en privé mes commentaires et des conseils d’écriture s’y rapportant.

POURQUOI ce changement ? Parce que même si nous comptons plus d’un millier d’abonnés (es), rares sont les personnes qui pensent à nous soutenir financièrement.

Nos frais fixes augmentent : hébergement du blog, maintenance, protection du nom de domaine, service payant de sauvegarde, de sécurité, pannes, etc.
Nos nombreux bénévolats pesant sur nos finances, tel l’atelier pour la Maison Rose (cancer) animé régulièrement depuis 3 ans.
Mais auquel nous tenons parce qu’il apporte beaucoup aux participantes, parfois très jeunes…

Notez que nous ne recevons aucune subvention de l’État, la région ou la commune. Ce sont vos dons qui font vivre ce blog. Merci d’avance.

Je suis dyslexique. De facétieux neurones font des croche-pieds aux mots dans mon cerveau. Mon orthographe trébuche souvent quand j’écris. Peut-être avez-vous remarqué une faute. Merci de me la signaler : blog.entre2lettres(at)gmail.com


Abonnez-vous à Entre2lettres
Vous recevrez 1 article et 1 exercice d'écriture créative chaque semaine. Pas plus. Votre nom, prénom et adresse e-mail ne seront jamais communiqués.
Votre nom, prénom, adresse e-mail ne sont jamais communiqués à quiconque. Vos données sont sollicitées lorsque vous vous abonnez et vous les transmettez en parfaite connaissance de cause. Elles sont collectées par le biais du gestionnaire d’adresses de MailChimp, plate-forme de marketing automatique. Vous pouvez les modifier ou les supprimer en vous désabonnant.

3 réponses

  1. Marie-Ida Ida Artusi-Tessier dit :

    Bon, si on peut être d’accord sur l’essentiel de ce qui est dit dans ce « billet », il ne faut tout de même pas faire trop de coupes sombres dans un texte sinon, à la fin, il ne reste plus grand-chose à lire…. Rester léger, d’accord, mais l’ennui naissant de l’uniformité, il ne faudrait pas que tout le monde écrive « à l’américaine », en répétant les mêmes mots, les mêmes phrases.
    Moi, je dis merci à un auteur quand l’histoire m’a intéressée, ma plu, quand le français utilisé est correct sans être néanmoins trop télégraphique ou « essémessique ». Si, de plus, il n’y a ni fautes d’orthographe ni erreurs de typographie, c’est Byzance !

  2. Souris verte dit :

    🐀Cette demande est tout à fait justifiée. Simplement comment faire pour donner les sous ?

    Chèque ?

    🐀💖

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

id Phasellus efficitur. ut accumsan sed venenatis eleifend