Défense de la langue française…

Relevé sur le site : http://www.langue-francaise.org/

 » Dans son livre « Deux ou trois choses que je sais de nous », Bernard Kouchner démolit allègrement la langue française et la francophonie. Il intitule un chapitre « L’anglais avenir de la francophonie » et, dans ce chapitre, développe toute l’indifférence, voire le mépris, qu’il a pour notre langue :« … nouvellement venu dans le gouvernement, j’avais été étonné, en 1988, que l’on insistât sur l’usage obligatoire du français pour les ministres » et « Après tout, même riche d’incomparables potentiels, la langue française n’est pas indispensable : le monde a bien vécu avant elle. Si elle devait céder la place, ce serait précisément à des langues mieux adaptées aux besoins réels et immédiats de ceux qui la délaisseront. »

Je suis dyslexique. De facétieux neurones font des croche-pieds aux mots dans mon cerveau. Mon orthographe trébuche souvent quand j’écris. Peut-être avez-vous remarqué une faute. Merci de me la signaler : blog.entre2lettres(at)gmail.com

5 réponses

  1. Michel Ciesiolka dit :

    « l’anglais et le français sont les deux « langues officielles » de l’ONU »

    Qu’est-ce que c’est qu’une « langue officielle » ? Le saucission « Grasdouble » peut être le saucisson officiel du Tour de France, sans pour autant être un mets largement partagé.

    Le Français ne restera une langue vivante qu’à la condition d’être pratiqué donc d’être bien enseigné. C’est mal parti, hélas !

    Michel

  2. DE CARVALHO Paulo dit :

    À l’intention d’Anne: l’anglais et le français sont les deux « langues officielles » de l’ONU, les autres éventuellement utilisées étant, elles, des « langues de travail ». Mais cela ne change rien, évidemment, au fond de votre commentaire, que j’approuve totalement.
    Un dernier mot, encore, à propos de Monsieur K: sa remarque sur « des langues mieux adaptées aux besoins réels et immédiats de ceux qui la délaisseront » est parfaitement inepte, et illustre l’étendue de son inculture. Quels seraient donc ces « besoins réels et immédiats »? Gagner un maximum de fric par exemple? N’importe quelle langue est, par définition, adaptée aux « besoins réels et immédiats » de ceux qui la parlent… sans quoi elle n’existerait pas…

  3. DE CARVALHO Paulo dit :

    Je souscris sans réserve aux commentaires de Sophie Gonzalbes et d’Anne. Ce personnage ne fait pas honneur au pays et à la culture qu’il a pourtant le devoir de défendre et de promouvoir. Tiens, pourquoi ne pas priver ce « Français d’origine étrangère » de la nationalité française? Parole d’un autre « Français d’origine étrangère », heureux et fier de l’être!

  4. Anne dit :

    Et bien cet homme ne connait pas l’Histoire de France. Durant des siècles, le français était la langue privilégiée dans les relations politiques et commerciales européennes. Ce n’est qu’au 20e siècle que l’anglais devint la langue de communication internationale. A noter qu’à l’O.N.U. l’anglais ET le français demeurent les deux langues de travail.

  5. Sophie Gonzalbes dit :

    Je suis offusquée par les propos de Bernard Kouchner ! Je vais m’empresser de les diffuser ! Il faut que tout le monde sache. Le monde « selon Kouchner » ne me fait pas envie et je suis fière de le combattre. Merci pour l’info !
    Amitiés,
    Sophie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ut neque. eget ante. id, amet,