L’anecdote scolaire

De petits faits inattendus aux conséquences malheureuses mais sans caractère irréparable

anecdote-d'école

Ce mercredi, je vous invite à retomber en enfance, à remonter le temps jusqu’à vous retrouver en classe. Que ce soit à la maternelle, au cours préparatoire, au collège, au lycée.

Procédez en 2 étapes :
1 – Repensez aux pédagogues que vous avez croisés quand vous étiez élève, collégien, lycéen. Rappelez-vous leurs traits, leurs façons de parler, leurs caractères, leurs côtés particuliers, voire bizarres. Revivez les situations comiques vécues alors. Souvenez-vous des comportements cocasses des élèves face aux enseignants.
2 – Racontez ces moments scolaires qui vous ont marqués à jamais. Sans vous interdire de les romancer.

Parmi mes anecdotes scolaires

Notre instituteur a effectué son service militaire dans l’aviation. Il adore les avions, il est incollable, quel que soit le modèle. On a vite repéré cel. De notre place on peut apercevoir, derrière les vitres, passer les avions dans le ciel. Chaque fois qu’un avion surgit l’un de nous s’écrie :  » Ô ! monsieur, regardez, c’est quel cet avion celui-là ?  » Ça y est, il est piégé ! Il nous détaille le modèle et c’est parti pour un quart d’heure et pendant lequel on fait pas autre chose et nous sommes réjouis d’avoir détourné son cours.

Rossé pour trop d’attachement
Pépé biscottes
Pédagogue rouge

Je suis dyslexique. De facétieux neurones font des croche-pieds aux mots dans mon cerveau. Mon orthographe trébuche souvent quand j’écris. Peut-être avez-vous remarqué une faute. Merci de me la signaler : blog.entre2lettres(at)gmail.com

41 réponses

  1. Mireille Perlot dit :

    La classe de musique de Mademoiselle Camille Evieux-Lamberet se trouvait dans les sous-sol du lycée, un étage à demi-enterré. Les longues et étroites fenêtres à châssis, opaques et toujours fermées, laissaient voir des silhouettes déformées de chaussures ou de roues de poussettes, de l’autre côté du monde.
    Plus loin dans le couloir, on trouvait les salles de danses rythmiques avec leurs longues barres vissées au mur. Et, tout au bout, une porte à battants s’ouvrait sur le vaste gymnase.

    Camomille-et-vieux-balai – qui n’avait pas été rebaptisé à la sauce aigre douce par cet essaim plein de vitalité ? – était une vraie demoiselle à l’ancienne, sans âge, chignon et collier de perles, voix pointue et élocution délicate. Des quelques dizaines de professeurs que comptait ce grand lycée, elle était assurément la plus originale…
    Elle régnait sans partage sur son bout de couloir. Aucun surveillant ne se risquait si loin. Pas besoin d’en savoir trop. Les lycéennes craignaient ou adoraient l’avoir comme prof de musique. Chaque cours était une aventure et l’heure hebdomadaire ne laissait personne indifférent.

    J’étais, à l’époque, une adolescente timide et rêveuse, que le solfège ne passionnait pas. Les hiéroglyphes sur leur portée résistaient à ma pierre de Rosette. Alors je naviguais à vue, ou plutôt à son, guidée par la mélodie ambiante, ouvrant la bouche, articulant, exagérant mon expression sérieuse et attentive. En fait, aucun bruit ne sortait de ma bouche. Et, chaque fois, j’espérais très fort que ça ne tomberait pas sur moi …
    Car, tôt ou tard, Camomille plaquait un accord furieux sur son piano qui nous faisait face et en surgissait, rose et échevelée, comme un diable de sa boite.
    – FAAAAAAAAAA. Mais QUI est allé me chercher un LA ???
    Et sans s’arrêter à ce léger détail, elle s’engageait entre les rangs et tirait au hasard l’une de nous par la manche de sa blouse.
    – Mademoiselle, j’attends : FAAAAAA, FA, FA, FA
    – faaaaaa,fa fa fa, soufflait la chèvre émissaire.
    Sans un mot elle tirait l’écolière par la main vers le devant de la classe et, d’un geste théâtral, la coiffait de sa corbeille à papiers – vide ou pleine. Elle contemplait son œuvre – le visage penaud entourée des croisillons d’osier – et son rire en cascade étonnamment enfantin emplissait soudain le silence:
    – Oh, le petit oiseau dans sa cage ! Il chante le petit oiseau ? Allez chante ta ritournelle !
    Tout un sketch s’ensuivait, où le « petit oiseau » était tour à tour invité à siffler, à couver, à ramener des brindilles au nid … Camomille payait de sa personne avec enthousiasme, mimant l’arbre, le nid ou le fidèle compagnon énamouré du volatile.
    Parfois, si la demoiselle avait de longs cheveux, elle préférait lui ramener une mèche sur la figure, l’invitant à la tenir coincée sous le nez au moyen d’une grimace qui retroussait ses lèvres. Bouh, quelle honte pour l’infortunée adolescente, qui rougissait sans se révolter ! Eh oui, mai 1968 n’était pas encore passé par là.

    Mais ce qu’elle préférait, c’était quand, assise à son bureau, elle discourait sur le ton de la confidence, racontant sa vie, son petit village de montagne et la chanson qu’elle avait un jour créée pour l’honorer. Cette chanson, bien sûr, était la première qu’elle nous apprenait – et je la chante encore ! Comme le chat qui surveille le trou de la souris sans en avoir l’air, elle prenait son temps, semblait plongée en elle-même. Et soudain elle pointait l’index sur celle qui toussotait, remuait furtivement sur sa chaise, ou regardait un bref instant vers la fenêtre.
    – Venez là, mademoiselle !
    J’y ai goûté, une fois. Oulala…
    – Sous le bureau !
    Et elle continuait son cours comme si de rien n’était, donnant de temps à autres des petits coups de pieds prudents et s’exclamant :
    – Mon Dieu, c’est quoi ! Mais on dirait qu’il y a un chien là-dessous !
    Et toute la classe s’esclaffait.
    Car, effectivement, c’était drôle. Surtout quand on faisait partie du public soulagé de n’être pas sur scène. Et Camomille chauffait la salle, lui faisant des clins d’œil.

    A l’opposé de Camomille, il y avait ce professeur d’anglais, féministe quasi-déclarée, très copine avec le professeur d’espagnol des secondes, qui souffrait de tout son être de passer ses journées avec ces stupides gamines qui allaient se laisser faire comme leur mère ! De tout cela, rien n’était dit, et c’est de mon âge adulte que je l’ai compris. Elle nous aimait d’une façon bourrue, et, à chaque nouvelle tournure de phrase qu’elle nous apprenait, elle disait d’un ton insistant que, du haut de nos 15 ans, nous n’entendions pas :
    – Plus tard, quand vous ferez la vaisselle, vous serez bien contentes de vous dire : mais je sais aussi parler anglais !

    La professeur de chimie, elle, ne tenait pas en place. Elle déambulait entre les paillasses en marchant comme un canard, ce qui finissait par nous donner le tournis. Les mains derrière le dos, tanguant de bâbord à tribord, elle ânonnait sa leçon en vérifiant que nous ne mettions pas le feu au laboratoire.
    Un mot particulier semblait la torturer : « bunsen ». Quand elle allait le prononcer, elle s’arrêtait, comme intriguée, dérangée. Son visage se contractait. Elle se balançait un instant d’avant en arrière et, comme poussée par son propre mouvement, lâchait :
    – Allumez votre bec …. buuuuun (en arrrière)….zen (en avant)
    Épuisée par l’effort verbal, elle soufflait en hochant la tête.
    Nous nous regardions en retenant nos rires et, comme des gamines que nous étions, cherchions par tous les moyens à lui faire dire ce mot qui lui donnait des coliques.
    – Madame, le truc, là, il s’est éteint, c’est normal ?
    – Le bec buuuuuun-zen ?
    – Comment, madame ?
    – buuuun…zen.

    Et enfin, et surtout, il y eut cette ribambelle de professeurs de français, toutes plus cultivées les unes que les autres. Au fil des années, je les ai aimées, adorées : les discrètes, les sensibles, les rigoureuses, les pédagogues et même celles qui ne l’étaient pas. Elles incarnaient un idéal, une manière d’être au monde si supérieure, à mes yeux d’alors. Odorante madeleine qui me téléporte illico, je me remémore un matin de juin …
    … Un matin de juin, un soleil écrasant qui tape sur les carreaux de la classe, une odeur de bois chaud et d’encre, des soupirs et des gémissements au dernier rang.
    – Ah, comme je sue !
    Et là, voix posée, timbre clair, tête haute et livre à la main, fraîche jusqu’au bout de ses ongles polis et de ses escarpins à petits talons :
    – Mesdemoiselles, les bêtes suent … les hommes transpirent… mais les jeunes filles bien élevées se contentent d’avoir chaud.
    Point final.

    • Pompelair dit :

      Joli texte, nous avons bien des souvenirs communs. J’espère que la poubelle d’osier n’était pas celle dans laquelle j’avais eu l’obligation de me soulager …

  2. Grumpy dit :

    Rentrée scolaire, j’ai 5 ans, mon premier jour d’école (dans les années 50, ni crèches ni maternelle, on commençait direct les chiffres et les lettres)
    Je suis hypnotisée par le grand tableau sur lequel sont peints, en blanc et en bon ordre de marche, les chiffres de 1 à 100.
    Très impressionnée par ces dizaines, je me dis « ah ben…quand tu sauras compter jusqu’à 100, tu seras drôlement calée ! »
    Ç’est allé plus vite que je ne le pensais mais de bosse des maths : point.

    • Françoise -Gare du Nord dit :

      N’a-t-il pas fallu Grumpy l’arrivée des maths modernes (ensembles, relations…) pour vous faire un peu aimer les mathématiques?

      • Grumpy dit :

        Misère non ! Encore pire, je me suis noyée dès l’algèbre et les cosinus et là dessus sont arrivés les maths modernes qui m’ont achevée (2/20 au bac par la gentillesse du correcteur) Revanche prise en littérature et en langues où j’ai trouvé mon bonheur. Merci Françoise.

  3. Pompelair dit :

    J’étais petit, en 9eme ou 8ème comme on disait à l’époque. J’étais puni, privé de rėcrė et laissé tout seul dans la classe.

    Je ne sais plus pourquoi j’avais ėté sanctionné par Mademoiselle, institutrice, vieille fille comme on n’en fait plus, sévère, très stricte, aux dictées de laquelle je dois beaucoup.
    Peut-être parce que, ėpongeant des 2 mains l’encre violette avec mon buvard sans doute avec un peu trop de vigueur, le buvard s’était déchiré en deux, en plein milieu. Dictée alors bien essuyée, certes, mais avec des bavures remarquables.

    J’entendais par la fenêtre ouverte les copains bien s’amuser en bas sous l’ombrage des platanes centenaires de la cour. Début juillet, il faisait dans le midi et à quatre heures, le soleil tapait fort.

    Et moi j’avais un irrésistible besoin de faire pipi. Ni tenant plus, ni une ni deux, je me soulage dans la corbeille à papiers. Sauf qu’elle était en osier, bien ajouré. Je contemplais le ruisseau avec consternation.
    Et vint la bonne idée : l’ėtaler le plus possible avec des boules de papier.
    Je l’ai dit, il faisait chaud, le soleil entrait par la fenêtre, je regardais angoissé la pendule qui allait sonner la fin de la récréation. Et le ruisseau se rétrėcissait, jusqu’à tout juste sécher quand j’entendis la classe remonter l’escalier.
    Sauvé par le gong !

  4. RENATA dit :

    J’ai 15 ans , je suis en première . Le prof d’Histoire Géo est si jeune , d’ailleurs mon amie Béa craque pour lui .
    On découvre très vite qu’il est communiste , il est sur une liste qui se présente aux prochaines élections .
    Avec Béa , notre première stratégie est de vanter tout ce qui tourne autour du communisme et surtout de Georges Marchais .
    Pas un devoir écrit, sans encenser les idées de gauche et cela fonctionne car nous n’avons que des bonnes notes , même si nous sommes hors sujet !
    Nous lui organisons aussi des réunions politiques dans nos communes respectives pour qu’il puisse débattre et il apprécie , on a même le droit de le tutoyer et de l’appeler par son prénom Georges . On est au paradis .
    Le summum de ce prof pour les deux ados que nous sommes , c’est que Georges fume en cours et qu’il nous autorise à faire de même , fenêtres ouvertes obligatoires .
    Clopes dans une main , stylo dans l’autre , voilà nos cours d’histoire géo , jouissif car ce comportement est hors règlement du lycée , il nous conduit même à la fâcheuse habitude de jeter nos mégots par la fenêtre .
    Un matin , on frappe à la porte . Le proviseur s’étonne d’avoir reçu sur le crâne (heureusement chauve) , un mégot encore incandescent , il vient exprimer son mécontentement et chercher le ou la coupable car c’est interdit de fumer en cours .
    Béa est blanche de peur et je deviens sa jumelle de couleur , nous imaginons déjà notre renvoi quand Georges s’exclame :
    « Désolé Mr le proviseur , c’est moi , je n’ai pas fais attention en jetant mon mégot »
    Le proviseur repart non sans lui demander de passer à son bureau .
    En ce qui nous concerne , nous n’avons plus jamais fumé en cours , le prof non plus d’ailleurs !
    L’insolite de la vie c’est que ma fille et mon fils ont eu Georges comme prof , au collège cette fois .
    Ils ont bénéficié de quelques avantages car ils étaient mes enfants et lui « ravivaient de bons souvenirs » (avoué dans les rencontres parents-prof!)

    • Françoise - Gare du Nord dit :

      Je me pose la question Renata sur la motivation de ce professeur. Pourquoi a-t-il endossé la faute de votre amie et la vôtre ? Par pure sympathie ? Par faiblesse ? Par démagogie ? Par mépris envers le règlement ou l’autorité de lycée ? Je dis cela car j’ai toujours été gênée par le manque de distance de ces professeurs qui faisaient copain-copain avec les élèves? Je trouvais cela suspect

      Lorsque j’étais élève de l’école primaire au lycée, j’ai toujours considéré les enseignants comme des êtres à la fois mystérieux. Je trouvais cette distance respectable. Nous ignorions tant de choses : étaient-ils mariés ? Avaient-ils des enfants ? Où vivaient-ils ? Étaient-ils croyants? Quelle était leurs opinions politiques ?On ne les voyait jamais le week-end au marché, à l’église, dans les lieux de réjouissance… Et on ne connaissait pas leur prénom

      A propos de prénom, ma belle-fille, institutrice, m’a avoué un jour qu’elle était un peu troublée lorsqu’un élève se prénommait comme son mari ou portait le prénom d’un de ses enfants et qu’elle craignait que son objectivité ne soit entamée

      • RENATA dit :

        Je pense que c’était son côté révolutionnaire et contre toute autorité , il a agit ainsi jusqu’à sa retraite , le payant régulièrement par quelques sanctions qui ne l’ont jamais fait changer

  5. 🐀 Souris verte dit :

    🐀DEVOIRS DE VACANCES

    J’arrivais dans cette maison imprégnée de l’odeur de céleri.
    Dès l’entrée j’avais la nausée.
    N’allant pas à l’école j’y venais contrainte pour étudier.
    Mais l’Été pire encore, l’odeur persistait
    comme si d’être chauffés, les murs la transpirait.
    Alors que j’aurais pu rester tranquille à ne rien faire, on avait hâte de m’occuper.
    Je partais donc chez cette vieille amie de ma mère le plus lentement possible et en comptant mes pas,
    maudissant ce cahier de devoirs de vacances que je tenais sous le bras et qui m’obligeait à mijoter quelques heures dans les odeurs de soupe.

    🎺Éveil musical

    Tous les soirs, mon père rentrait avant tout le monde à la maison pour travailler les marches militaires sur lesquelles il allait défiler le 14 Juillet et autres fêtes républicaines. C’était sa fierté.
    En attendant, tout le quartier profitait de sa musique.
    À l’autre bout de la rue chez ma préceptrice les choses s’accélèraient dès les premiers sons qui sortaient du cornet à pistons. Instrument délicat autant que discret s’il en est !
    Je voyais alors cette grande femme maigre se lever d’un coup, donner un tour de cuillère dans sa soupe aux fayots qui mitonnait toute la journée sur le fourneau et chercher fébrilement sa chatte.
    Une fois Zézette attrapée, elle l’allongeait au milieu des cahiers et commençait à lui masser les flancs.
    Un jour que je me hasardais à lui demander le pourquoi de ses attentions à sa minette, elle me répondit assez sèchement du reste
    – Parce qu’à chaque fois que Monsieur votre père souffle dans sa trompette, Zézette fait une fausse couche.

    Je n’avais, il faut bien le dire aucune notion de ce que c’était ce truc là, mais vu l’ardeur de madame Tibert à masser le ventre de sa chatte, je me doutais que ce devait être quelque chose d’extrêmement important puisque ça agissait même sur les chats..
    Ça ne m’étonnait pas de mon père. Sa femme lui disait toujours
    – Lucien quand vous vous y mettez, z’êtes capable du meilleur comme du pire.
    Là, c’était assurément le meilleur.
    Aussi je ronronnais d’aise au milieu des autres gamines un peu jalouses et qui n’avaient probablement pas un père qui soufflait dans sa trompette avec une telle puissance. Et peut être même… qu’il n’avait pas de trompette du tout !

    Cela a changé radicalement ma perception de la musique. J’écoutais maintenant avec ravissement cette musique militaire, qu’avant je ne considérais utile que pour avancer ensemble au pas cadencé, le pied gauche d’abord et le pied droit ensuite.
    Ce doit être ça qui a décidé de mon avenir !🐀🎻

    • Françoise - Gare du Nord dit :

      Les devoirs de vacances, j’ai eu la chance d’y échapper mais je me suis demandé si cela était réellement profitable. je trouve un peu triste cette tendance à vouloir occuper, sur-occuper les enfants. Cela ne laisse pas beaucoup de place et de temps à l’ennui qui, à mon avis,favorise l’imagination et le rêve

      Etes-vous musicienne Souris Verte?

  6. Fanny Dumond dit :

    De ma scolarité je garde le souvenir de ma première institutrice hommasse, boulotte, qui n’avait pas du manger assez de soupe, elle avait donc les formes d’un tonneau. Je la trouvais vieille, et par surcroit, elle était très méchante et mon père la surnommait le dragon quand elle passait dans notre rue avec son pas déterminé pour se rendre à l’école pour, soi-disant, enseigner. Outre que pas une seule mouche volait dans sa classe de CP, sinon je pense qu’elle l’aurait estourbie d’un coup de ses grandes paluches, elle s’en donnait à cœur joie pour enfermer les mauvaises élèves dans le placard à fournitures. Et si la faute était très grave, elle plaçait sa chaise bien en évidence sur l’estrade, déculottait la fautive, l’installait en travers sur ses genoux et lui appliquait une rafale de fessées. Puis, ma camarade se reculottait en pleurant et moi, pétrifiée, je pleurais autant qu’elle. Je ne suis restée qu’un mois dans cette classe, car, coup de pot 😉 la douce madame Delas est venue en renfort pour décharger cette classe et j’étais sur la liste ; Ouf ! Là où qu’elle soit, je lui adresse un grand merci de m’avoir appris à lire, écrire et compter dans la sérénité.

    Je garde un souvenir impérissable de ma classe de 3ème quand monsieur Bertrand, mon prof de français et mon mentor, me remarquait dès ma première rédaction. Je me souviens d’un homme avenant et juste. Il devait être en fin de carrière, car il avait l’air bonhomme d’un gentil grand-père. Il fumait cigarette sur cigarette et empestait toute la classe avec ses Gitane qu’il rallumait à longueur de temps. Il était passionné de littérature, savait nous intéresser tel Mr Keating dans « le cercle des poètes disparus ». Le jour où il m’attribua mon premier 18/20, il convoqua ma mère pour lui demander si c’était bien moi qui avais rédigé cette rédaction. Puis, en fin d’année, il me prit à part et me dit qu’il était persuadé que j’écrirai plus tard et me le fit promettre. Éberluée, je lui répondis, du bout des lèvres, par un timide « oui, je vous le promets ». J’ai cru ne jamais la tenir cette promesse qui me trottait toujours dans la tête. En 2012, je lui dédiais mon premier roman, quelques décennies plus tard !

    Par contre, j’étais plus que archinulle en maths et je passais ces heures, ô combien infernales, avec la si charmante madame V***, femme grande et maigre comme un échalas, à la longue tignasse poivre et sel, entremêlée comme des dreadlocks – je me demandais toujours si elle n’avait pas les moyens pour se payer un peigne, à défaut, un élastique pour paraître moins souillon. Combien elles étaient interminables ces deux heures de cours que je passais en totale panique, car elle nous faisait passer l’un après l’autre au tableau. Parfois j’échappais de justesse au martyr, mais d’autres fois soulagée d’être passée une première fois, les chacun son tour passaient si vite que j’avais droit à un second service pour résoudre telle ou telle équation qui m’était totalement hermétique. Bien sûr la chouchoute de monsieur Bertrand devenait la risée de toute la classe. Je me rappelle qu’elle avait traité une fille de p… parce que son pull ne lui couvrait pas le bas du dos, alors qu’elle ne se gênait pas pour nous montrer ses charmants dessous, d’un blanc douteux, quand elle était assise à son bureau, les jambes écartées. Les garçons se marraient en douce et elle en prenait pour son grade la mère V*** à la récré.

    Et que dire de la prof de gym, la petite trentaine, pleine de formes, qui aguichait les garçons dans des mouvements acrobatiques et suggestifs avec son juste au corps moulant et son bustier qui avait bien du mal à contenir ses lolos qui n’avaient que l’envie de se faire la malle. Là, les garçons se rinçaient l’œil et je suppose qu’ils étaient très heureux dans leur short !

    C’était en 1970 et mai 68 était passé par là. La jeunesse se dévergondait, paraît-il.

    • Françoise - Gare du Nord dit :

      Vous avez raison fanny, le passage de mai 68 s’est fait sentir dans les collèges et lycées.
      Pauvre Madame V… L’attitude des garçons à son égard me fait penser à celle des mes camarades -garçons – de la classe de première qui notaient chaque mois sur leur calendrier les 4-5 jours où la professeure portait une jupe et ainsi dévoilé son cycle menstruel

      • Fanny Dumond dit :

        Bonjour Françoise. Oui nous sommes passés du coq à l’âne. La discipline trop stricte a laissé place à la pagaille aussi bien du côté des élèves que des profs. Je me souviens d’un prof de droit/éco, l’année cruciale du bac, qui au lieu de faire cours nous racontait ses fredaines dans certaines boîtes, laissait certains élèves jouer aux cartes et les plus scrupuleux tentaient d’apprendre sur les polycopiés qu’il distribuait en début de cours. Il donnait quand même des notes et devait travailler le soir chez lui ! A part lui, les autres profs assuraient (je ne généralise pas !)

  7. pakitapom dit :

    Du plus loin que me reviennent les visages de mes maîtresses de passage …

    A la maternelle, ma maîtresse m’aimait bien , quoique , je n’en suis pas si sûre au final, parce que parfois, quand j’en disais trop, celle qui avait pris l’habitude de m’appeler « le petit journal », – rapport à mon bavardage-faisait une drôle de tête surtout le lundi matin quand je lâchais mes potins.
    Il faut dire, mais cela, je ne l’appris que beaucoup plus tard, que ma maîtresse , jupe moulante talons aiguilles et chevelure changeant de couleur au gré des saisons, était aussi maîtresse à la ville, du meilleur ami de mon père, par ailleurs marié avec enfants . Souvent, les fins de semaine nous réunissaient pour des pique niques communs fort agréables, que ,bien sûr , je m’empressais de raconter, dès notre retour à l’école à ma maîtresse à moi. Il y eut un groupe musical qui s’appelait « les Négresses Vertes », je crois, là, c’était plutôt « la maîtresse verte » …Comment, du haut de mes 4 ans, aurais je pu deviner que j’étais en train de gaffer, dans le plat de patauger ?

    1ere leçon : on ne peut pas parler de tout avec n’importe qui

    En primaire, ce fut un autre air. Madame Chichignou, un nom pareil, cela ne s’invente pas, était la directrice de cette école publique où, malgré tout , un jour, à la récré, ces saletés de filles de punaises de bénitier me balancèrent : « Ma maman, elle a dit que t’as pas le droit de jouer à la marelle avec nous, tu vas pas au cathé , alors on peut pas te fréquenter … » merci Seigneur!!!Madame Chichignou, pour en revenir à elle, était plutôt du genre psycho-rigide avec un minuscule chignon de cheveux gras, collé sur le sommet de sa tête, une blouse grise empesée et des lunettes à monture d’écaille …un rien cerbère puisque nous avions découvert qu’elle pouvait, le cas échéant, aboyer… Alors, imaginez mon angoisse, quand, un jour de sortie scolaire au ski, je me suis retrouvée seule, coincée dans ma civière avec une jambe fracturée, en goulotte, ayant pour garde chiourme, dans le téléphérique qui nous redescendait du Revard vers Aix les Bains, l’arrière petite fille du gardien des Enfers… qui veillait sur moi et là, Méa culpa ! ( et pourtant vous l’avez noté, je ne suis pas allée au cathé) Elle fut adorable, attentive,délicate, quasi maternelle. Je le l’oublierai jamais .

    2eme leçon ne jamais juger les gens sur la mine

    Au collège, les hommes entrent dans ma vie .Youpee ! Le premier avait,par amour, troqué sa bure contre une blouse de prof d’histoire et géo. Un prêtre défroqué, je ne savais même pas que cela existait mais, pour une pré-adolescente, que tout cela était romantique ..Eloise et Abelard mais franchement …en bien mieuxen tout quoi moins douloureux .Il avait la truculence du moine paillard, la douceur paisible du curé et une culture incroyable qui faisait rêver et puis des yeux… à tomber

    3eme leçon : le meilleur chemin pour arriver à l’amour n’est pas forcement la ligne droite

    Le second était fin et racé, de souche italienne à n’en pas douter. La mèche un rien gominée, les traits émaciés et un sourire à damner toutes les pucelles qui le badaient. Nino prof de français / latin/grec . Rien qu’à le regarder, la température montait dans les préfabriqués… Pour la petite histoire, il est le père d’une présentatrice télé connue, mariée à un violoniste renommé .

    4eme leçon : toujours viser le soleil pour au moins atteindre les étoiles…
    Tu parles, même les poussières les plus infimes des petits ritals locaux
    n’arrivaient pas à la cheville du beau Nino

    Mes parents ayant choisi de me faire apprendre l’allemand comme première langue , je découvris sur le tard l’anglais. Une révélation , le bonheur , la passion . Meryl Streep en personne derrière le bureau. Pas belle, du moins pas de cette soit disant beauté classique, bien mieux, époustouflante de présence, de vie et de liberté.Un carré mi longs et des yeux bleu acier, une bouche qui avait déjà mordu dans la vie, à pleines dents, une vie sur la route, à la Kerouac . Elle nous offrit le monde à travers des disques, des films, ds reportages, des interviews. Immersion anglophone ludique garantie

    C’est à elle que je dois ma mention au bac avec un 18 à l’oral en anglais, redevenu pour moi 1ere langue – Je ne sais pas pourquoi mais l’allemand a tendance à rester coincé dans ma gorge parfois – trop guttural pour moi- . la décision de ne pas m’enfermer dans une fac après le bac mais d’aller vivre un an en Angleterre.,.pour me donner le temps de savoir ce que je voulais vraiment faire et enfin ma passion des voyages.

    Merci respect.

    5eme leçon : toujours aller au bout de ses passions

    Plus tard, après avoir parcouru de tortueux chemins de traverse, pendant mes études supérieures, une autre femme , prof de culture générale. Je tends à penser que c’est aujourd’hui un métier en perte de vitesse… Elle aussi célibataire et passionnée sous des dehors assez sages.
    Il me restera d’elle, entre autres souvenirs plus personnels, le cours pendant lequel, soudain, elle s’enflamma alors qu’elle nous parlait des touaregs et des populations nomades. « Ces hommes bleus bleus qui traversaient le désert avec pour seul guide dans cette immensité monotone , les étoiles » Elle les avait côtoyés, c’est sûr . Sinon, comment aurait elle pu nous affirmer avec autant de véhémence que,même sous leur djellaba couleur indigo , leur corps eux aussi étaient bleus ???? Fabuleuse image qui jamais plus ne me quittera. J’étais plus âgée et notre amitié a duré longtemps. Je la revois sur le tard, elle qui, jamais, ne s’était mariée, berçant tendrement mes enfants….

    6eme leçon : en amitié toujours fidèle demeurer

    • Françoise - Gare du Nord dit :

      Pakita
      6 anecdeotes en une, 6 leçons de vie apprises parfois bien tôt pour une petie fille ou une adolescente
      Un texte captivant à lire, j’espère que vous en avez autant à l’écrire

      Vos avez eu la chance de rencontrer des ensiegnants impressionnants, enrichiisants et très marquants
      J’ai cru reconnaître la fille du professeur  Nino prof de français-latin-grec.

  8. Avoires dit :

    Quelle bonne idée Pascal de nous demander de tels souvenirs ! Merci de tout cœur.

    Mmes Jean et Cavaillon furent mes premières maîtresses en CP et CE1 . Madame Jean aimait les fleurs et un jour je lui apportai un bouquet de soucis. Elle m’a alors répondu « Merci, j’adore les soucis !» Je n’avais que 6 ans mais j’avais déjà compris le double sens du mot et en restai interrogative..
    Avec Madame Cavaillon, femme ronde, brune, délicieuse, ce fut le temps des tables de multiplication et des frises, ces petits motifs que nous réalisions avec des crayons de couleur, à la fin de la journée d’école sur notre cahier. J’adorais cela et je mariais les couleurs avec délice. Je regardais aussi avec envie les frises de Roseline, une petite fille blonde aux yeux bleus qui maniait elle, les rouges et les verts avec maestria..
    Puis de ce fut le tour de Melle Chrétien, gentille maîtresse avec qui j’ai appris la règle grammaticale suivante : « Quand 2 verbes se suivent, le second se met à l’infinitif ».
    Enfin Madame Camail, sévère, peu aimable et Melle Bouygues, âgée, me semble-t-il, mais excellente éducatrice, m’apportèrent leur savoir en CM1 et CM2.
    Après les 6èm et 5ème me voici dans un nouveau collège pour la rentrée en 4ème où il y avait encore des cours d’éducation civique (années 1962-1963) donnés par une très jolie femme.
    En 3ème, les choses se corsèrent avec non seulement les collègues mais les profs. Parmi les élèves, beaucoup étaient des fortes têtes, qui « répondaient » comme on disait alors. Et puis, il y avait le beau Sacha N., d’origine russe, blond aux yeux bleus, un physique de danseur du Bolchoï. Les profs avaient beaucoup de personnalité et notamment celle d’Histoire-Géo, Melle Azibert, toute petite, au chignon gris fixé sur le sommet du crâne, et chaussée de petites chaussures à talons. Lorsqu’elle se déplaçait d’une classe à l’autre , on voyait passer dans les couloir du collège une carte de géographie surmontée d’un chignon, décorée d’une main qui la retenait et qui avançait à l’aide de deux petits pieds trottinant à toute allure. Demoiselle Azibert était une enseignante remarquable qui nous avait appris à dessiner les contours de la France à main levée et qui nous entraînait dans l’Angleterre de Cromwel avec théâtralité. Ces cours étaient très animés et elle avait toujours le dernier mot.
    Pour clore le chapitre 3ème, je dirai deux mots sur le prof d’anglais : M.Tyran, oui, oui, qui nous impressionnait avec son cheveu, son sourcil et son œil noirs. Il avait un physique à la Michel Piccoli.
    La seconde me laisse aussi des souvenirs très précis de mes camarades et des profs. Classe comptant également des fortes têtes, nous nous retrouvions le samedi après-midi de 14 à 16h pour devinez quoi ? Un cours de math ! je vous assure et personne ne manquait. Le prof, dont j’ai oublié le nom était me semble-t-il près de la retraite mais n’était pas dépourvu d’humour puisqu’un jour, un de ces maudits samedis, il lança lors d’une leçon de géométrie : « Il y a R, R’ et votre air ahuri ».
    Il y avait la prof d’Histoire-Géo, une femme charmante, Melle M.. Son bureau, sur une estrade, était accolé aux premiers bureaux des élèves dont je faisais partie ainsi que Jean-Pierre, mon voisin de gauche. Melle M. avait l’habitude d’allonger une de ses jambes et de plaquer son pied contre la paroi du fond de son bureau qui comportait un petit trou . Ainsi donc, un petit bout de semelle apparaissait devant Jean-Pierre et moi. Nous nous regardions, je trouvai la situation cocasse , Jean-Pierre, lui, trouva là l’occasion de se servir de son compas en plantant la pointe dans le bout de cuir. Melle M. qui n’avait rien vu mais qui avait dû sentir une piqûre finit par ramener son pied dans des zones moins dangereuses. J’étais interloquée par la hardiesse de Jean-Pierre que je secouai du coud pour qu’il arrête de tourner la pointee, cela ne l’empêchait pas de recommencer sa petite torture à chaque cours. Melle M. n’a jamais fait aucun commentaire.
    En première c’est M. Blanc qui assurait les cours de français. C’était quelqu ‘un d’assez effacé, peu autoritaire et souffrant d’hémorroïdes. Il se déplaçait de classe en classe avec un coussin pour être à l’aise. Nous avions cours avec lui en fin d’après-midi de 17 à 18h dans un préfabriqué situé au fond de l’enceinte du lycée. Un de ces jours-là, alors que nous installions, il demande à l’un des élèves d’aller chercher son coussin qu’il avait oublié dans une classe. Après quelques moments d’attente, nous entendons le camarade revenir en courant et en criant « le coussin, j’ai le coussin » en le brandissant comme un étendard. Pauvre M. Blanc, quand ce n’était pas le coussin, il se prenait les pieds dans les élastiques tendus entre les rangées de bureaux.

    Parlerai-je de M. Reynier, notre prof de maths, toujours en blouse grise, le cartable à la main et qui disait « entrez » avec un bel accent méridional alors que nous l’attendions, en rang près de la classe. Et de la prof d’histoire-géo, habillée de Courrèges, fumant comme un pompier et écrasant ses mégots sur le sol de la classe…
    Je termine par la terminale -philo : le prof de cette discipline s’appelait M. Pascal.

    • Françoise - Gare du Nord dit :

      Vos souvenirs Avoires ont de multiples points communs avec les miens.
      les fleurs qu’on apporte à la maîtresse. Ma mère cultivait aussi des soucis et en offrait à la mienne. Je n’aimais pas cela, j’avais l’impression de fayoter
      le nom même des enseignants (Mme Chrétien, mère du fameux Dany)
      la règle grammaticale immuable « Quand deux verbes se suivent le second est à l’infinitif »
      les fortes têtes, parmi les élèves au collège, jamais à l’école primaire
      le beau gosse
      le ridicule de certains enseignants et le respect que nous éprouvions pour d’autres
      l’utilisation inappropriée du compas
      la blouse grise ou blanche du professeur
      et enfin, la découverte de la philosophie

    • Antonio dit :

      Un beau voyage scolaire délicieusement raconté tant pleins de détails semblables me reviennent en mémoire. Merci 😉

    • 🐀 Souris verte dit :

      Quelle mémoire ! Ce suivi scolaire est attachant. Merci Avoires, vous me rabibocher avec l’école. 🐀

  9. Françoise - Gare du Nord dit :

    Pascal

    J’ai beaucoup aimé tes anecdotes à des degrés divers : la première (le chien) est très poignante et les 3 autres (l’aviateur, Pépé Biscotte et le communiste) plus amusantes.
    La dernière me rappelle que j’ai eu une professeure d’histoire-géo, peut-être gaulliste, en tout cas anti-communiste acharnée et qui parfois laissait échapper ses opinions.

    Un jour, la leçon portait sur Napoléon et la Campagne de Russie. Or, il se trouve que par hasard, la veille la télévision avait retransmis dans le cadre de Dossiers de l’écran un film sur cette guerre et le débat portait bien entendu sur la déroute napoléonienne.

    Il devait y avoir sur le plateau un invité soviétique qui avait déclaré que l’intention de Napoléon était d’envahir la Russie. Le lendemain, la professeure proclama reprenant ce point (je ne garantis pas l’authenticité des propos mais en tout cas j’en certifie le sens) : « Il faut être bête comme un communiste pour dire une telle imbécillité »

  10. Françoise - Gare du Nord dit :

    J’avais 7-8 ans et étais en classe de CE1-CE2. Le programme de Sciences naturelles portait sur le système osseux. J’avais demandé à mon père qui était boucher de me rapporter de son travail des os. IL revint avec deux os de veau qui s’emboîtaient (probablement le jarret et l’épaule ou la cuisse).

    Je précise que les os n’avaient pas été nettoyés et qu’ils portaient encore des restes de chair et de ligaments sanguinolents. Ce n’était pas je l’avoue, très ragoutant

    Je le donnais à la maîtresse qui débuta son cours sur les os et les articulations. Un élève manifesta son écœurement en exclament « Beurk ». L’institutrice lui dit « Tais-toi Dany » mais quelques instants plus tard, il recommença. La maîtresse le punit sur-le-champ en lui ordonnant de se mettre debout derrière le tableau. C’était l’endroit où les élèves étaient punis.

    Il se trouve que Dany était le fils de la directrice de l’école et que ma mère était femme de service dans la classe de celle-ci.

    Sur le coup, le comportement courageux de l’institutrice ne m’a pas donné à réflexion mais il a dû me marquer inconsciemment car des années après il est revenu à ma mémoire. C’est, je trouve, un acte très constructif pour un enfant.

    Je précise que, sans rapport avec cet événement, l’enseignante, Mlle Meyre, m’a donné le goût d’apprendre, d’étudier et de travailler

    • Antonio dit :

      Rassurez-moi, Françoise, la directrice n’a pas renvoyé son fils de l’école. Blague à part, cela ne m’étonnerait pas que l’institutrice ait eu la consigne d’être aussi (voire plus) sévère avec son fils.

      • Françoise - Gare du Nord dit :

        Non Antonio, Dany n’a pas été renvoyé. Vous avez raison, c’était une maîtresse très sévère et peut-être plus avec son fils qu’avec les autres élèves

  11. moya helene dit :

    c’était mon professeur d’anglais. elle aimait nous parler de ses vacances et d’anecdotes de sa vie et nous faisait beaucoup rire. je ne comprenais rien à l’anglais , c’était une matière que j’exécrais mais j’adorais y venir pour la voir. j’étais passionnée de ses histoires. elle nous racontait pas exemple comment elle a sauvé de la noyade un petit garçon que ses parents n’avait pas vu en train de se faire emporter par une vague. elle parlait du cœur qui battait la chamade.
    a cette période, moi aussi j’étais férue et passionnée d’écriture et pour qu’elle me remarque et qu’elle m’admire aussi, j’ai écrit des histoires de sauvetage, des rêves que j’ai eu de sauvetages narrant des histoires improbables de catastrophes au sein du collège où j’étais moi même l’héroïne.
    je montrai mes histoires à ce professeur d’anglais qui me disait de poursuivre dans cette voix car j’avais de l’imagination. Cette passion d’écrire ne m’a jamais quitté depuis le collège.

    • Françoise - Gare du Nord dit :

      Très émouvante Hélène cette anecdote qui nous apprend d’où vous vient votre goût de l’écriture. Si les enseignants savaient de combien de vocations ils ont été involontairement les initiateurs.

      Et puis-je vous demander : Où en êtes-vous dans l’écriture?

    • Antonio dit :

      Et tout ça en anglais ? Parce que souvent de devoir raconter nos anecdotes (comme ici) ou de jouer à un jeu de société dans une langue étrangère permettait de progresser plus vite.

    • helene moya dit :

      m’a passion d’écrire vient surtout de la lecture du journal d’Anne Frank et aussi d’un autre professeur de français que j’ai eu en 6ème et qui est devenue m’a marraine. elle m’a donné le goût de la lecture avec le livre poignant de mon bel oranger de José mauro de vasconcelos qui est mon livre phare. ce livre m’a marqué à vie. j’ai décidé d’écrire des livres sur la maltraitance comme lui.

  12. durand JEAN MARC dit :

    Ouille…ouille…cette école primaire, dans le vrai sens, le premier degré de l’instruction, cette programmation de l’esprit, cet engraissement de l’attitude. Tout autour des classes, sur les rebords des fenêtres, des alignements de bégonias rouge, dans mon souvenir et qui dans le nez des petites filles et des mères de famille sentaient fort. Moi, je trouvais qu’ils puaient, clairement, distinctement, indubitablement. Je les évitais autant que possible mais cela me poursuivait partout. Quand il faisait trop chaud, l’instituteur entrouvrait les fenêtres et cette infection envahissait mon esprit déjà bien voyageur et nettement plus attiré par les senteurs tropicales des fleurs de vahinés pour pirates.

    Ne me demandez pas la spécificité de cette fleur bégueule, je n’en sais rien….je l’ai fui, enterré, cramé.

    A 19 ans, quand même, et encore, si je reniflais un bégonia, de suite je cherchais l’école autour. Parfois, je changeais de parcours. Une fois, en Alsace, j’ai même déménagé à cause de ces maudites effluves de multiplications sanguinolentes, de verbes toujours imparfaits à manipuler et de calendriers de dates inutiles car jamais n’y figurait celle de mes vacances.

    Par contre, dans la cour, cette royale résidence, pour les rois des voleurs et les guignols de gendarmes, c’était mieux que le Paradis, parce qu’au moins, on l’atteignait deux fois par jour. Cette cour de création de jeux, de recréation de mondes neufs et invisibles aux grands, ça sentait bon. Quatre magnifiques tilleuls s’y fantasmaient en piliers d’une cathédrale ouverte sur des cieux sans crainte. Rien ne pouvait nous arriver dans cette grande parfumerie. Les pieds qui couraient ne pouvaient sentir mauvais et les haleines demeuraient franches.

    Jusqu’au coup de sifflet sur la tête, cet arrachement des tympans et le retour dans les rangs avec de suite ce goût de serpillière, jamais sèche, et cette odeur de pissotière sociale où chacun se devait d’y laisser sa pauvre trace….pour permettre de l’autre côté à l’entonnoir éducatif d’y verser son jus bien mal extrait de la conne naissance à un savoir savonné nous étranglant de ses pépins.

    • Antonio dit :

      Merci Jean-Marc, ton texte m’a débouché les narines, à l’huile essentielle d’école d’antan. Me revient l’odeur âcre des feuilles moisies de marronniers dans la cour de récré après la récolte des marrons quand il ne restait plus que les poings du copain pour en ramasser, parce qu’un avait osé dire du mal de ma Nathalie Wood. haha !
      Je te rassure, je ne fantasmais pas plus que ça sur ton actrice, juste que j’étais tombé amoureux de son sosie qui aurait aussi bien ressembler à Sophia Loren… Et non, je n’usais pas de stratagème pour leur tomber dans les bras, j’étais l’innocence même et on ne triche pas avec la maîtresse (l’école avait fait son travail de conditionnement à la perfection)
      Au prochain épisode ! 😉

    • Françoise - Gare du Nord dit :

      Dommage, Jean-Marc, que l’informatique ne nous offre pas encore la possibilité de sentir les odeurs. Je saurais ainsi quelle est l’odeur du bégonia.

      J’aime bien certaines de vos expressions «Cette programmation de l’esprit, cet engraissement de l’attitude », « Cette fleur bégueule » « l’entonnoir éducatif »

      Mais je ne peux m’empêcher de ressentir un peu d’amertume de votre part sur le système éducatif … avec bégonia ou sans

      • durand JEAN MARC dit :

        Ah ben oui, je n’ai pas rencontré à l’école l’ouverture sur les mondes rencontrée plus tard. Sinon, toutes mes excuses au pauvre bégonia qui ne m’a jamais rien fait. Il s’agissait plutôt de géranium. J’apprécie le jardin mais ne suis pas un grand connaisseur. Les expressions sont effectivement bonnes (enfin, moi, elles me plaisent) mais l’ensemble manque un peu d’aération. Inconsciemment, cela devait traduire le poids ressenti dans le milieu scolaire, même si j’ai un peu chargé la barque, normal, littérature oblige! Merci pour votre attention!

    • 🐀 Souris verte dit :

      Cher Jean-Marc, je ne verrai plus jamais le9s bégonias sans une arrière pensée !!!
      Un régal votre texte. 🐀

    • RENATA dit :

      Dans mon école primaire c’était l’odeur du charbon que les charbonniers livraient régulièrement et versaient dans le local à charbon , proche de la salle de classe , non sans émettre une poussière noirâtre qui pénétrait nos narines et nous faisait éternuer et tousser
      Ce local à charbon était aussi le lieu où l’instit enfermait les élèves en punition

  13. Antonio dit :

    Ah, l’école !
    Si j’ai bien des bribes de film en maternelle, au plus loin que je me souvienne d’un nom d’instituteur, cela remonte en CM2. En fait, il s’agissait de deux institutrices, Madame Filliol et Mademoiselle Conio. La deuxième m’aura marqué à jamais pour deux raisons.

    Son nom qui sonnait presque comme le mien (Tonio) et j’en étais amoureux.

    Alors que Madame Filliol, elle ressemblait trait pour trait (mais alors très !) à Madame Olson dans « La petite maison de la prairie ». Moche et stricte. Pas méchante pour un coup, car personne n’avait osé la pousser à bout de sa règle en fer.

    Oui, à l’époque les punitions n’était pas suédoises.

    Durant toute cette dernière année de cours primaires, je m’appliquais à rattraper, en vain, la remarquable Sophie, petite fille modèle, pour mon plus grand malheur, moi le Poulidor de la classe (en bon Auvergnat) qui n’avait pas celle d’un Anquetil.

    Quand elle a fait son apparition, mademoiselle Conio, en stage tout le mois de mai, dans la classe de Madame Filliol. Ma classe !

    Elle ressemblait à Nathalie Wood dans « West Side Story », d’une douceur et gentillesse qui plaçaient celles de maman aux oubliettes. Je devenais tout rouge chaque fois qu’elle me regardait, je me faisais tout petit en levant la main quand je savais et je répondais en fixant mes pieds. Je trouvais, d’un coup, les journées trop courtes, les récréations interminables et le portail de sortie un déchirement.

    Quand un jour, du mois de mai donc, un samedi matin précisément, nous allions à la piscine. Une activité que je redoutais plus que tout, tant j’avais peur autant de l’eau que du prof sadique qui te poussait dedans, attendant un début de noyade pour te lancer la perche. Sauf, ce jour là, j’étais bien, on avait surtout joué et aucune torture psychologique n’avait agrémenté la séance d’une heure, sans la maîtresse.

    Au retour, j’étais même fier de moi. Sauf que je sentais comme un bourdonnement dans une oreille.
    Je n’osais rien dire, on allait me remarquer sinon. Mais à un moment donné, je me suis senti partir.
    J’ai levé la main.
    « Oui, Antonio ? » a aussitôt lancé la voix de Mademoiselle Conio.
    Je me suis entendu dire : « j’ai comme quelque chose dans l’oreille… »
    Elle s’est approchée de moi et m’a demandé de me lever.
    « Penche ton oreille que je regarde… »
    Elle n’a pas eu le temps de finir sa phrase, moi, j’ai juste eu le temps de tomber dans ses bras et sentir son corps sous sa blouse avant de m’évanouir.

    Je l’aurais rêvé, je n’aurais pas fait mieux.
    Je me suis réveillé, allongé sur l’estrade, en simple hypoglycémie qu’un sucre aura suffi à relever et à éveiller tous mes sens. Tous. Les derniers jours avec Mademoiselle Conio furent particuliers, privilégiés, comme si nous avions vécu ensemble un moment d’intimité.

    Elle faisait attention à moi, me souriait, j’étais le plus heureux des mômes… avant le retour de Madame Olson.

    • durand JEAN MARC dit :

      Sacré Antonio et son vieux coup du malaise. L’as tu utilisé de nombreuses fois au cours de ta vie, chapardeuse de câlins. Sinon, juste te faire remarquer qu’à l’époque, Nathalie Wood m’était strictement réservé, dans la jungle de mes fantasmes, à moi et rien qu’à moi personnel, alors que toi, tu devais encore barboter dans ton plasma maternel, non ?? L’ancien!😊

    • Françoise - Gare du Nord dit :

      Décidément, Antonio, vous avez plusieurs cordes à votre arc de séducteur. Les blagues qui font rire les filles (cf.L’anecdote tactile), une petite nature fragile propice aux évanouissements aujourd’hui. En avez-vous d’autres ? Ou nous faudra-t-il attendre les autres anecdotes du mercredi pour les découvrir ?

      Ceci dit, je pense que de nombreux instituteurs et professeurs ont été à l’origine de nos premiers émois

  14. Antonio dit :

    C’est drôle, Pascal, quand tu racontes, j’ai l’impression d’entendre l’enfant derrière ta voix…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ut diam dictum facilisis et, luctus dolor Aenean sed consectetur commodo