Lire avec ses oreilles

Histoire chargée d'enseignement

Histoire chargée d’enseignement (12)

Lire avec ses oreilles

Il était une fois un très mauvais élève. Un cancre qui ne pouvait lire un écrit qu’en le portant à son oreille, comme on le fait avec un coquillage pour écouter la mer.
C’était seulement comme cela que les mots lui parlaient dans une langue qu’il était le seul à comprendre. Sinon, ils étaient mués.
Quand ce petit garçon retranscrivait les sons étranges qu’il avait entendus sur son cahier d’écolier, les enseignants s’arrachaient les cheveux. Ils n’y comprenaient rien. Lui, pourtant, trouvait que ce qu’il écrivait chantait comme stridulent les grillons en été.
En fait, ce très mauvais élève avait une inclination poétique mais il ne le savait pas.

Le hasard voulut qu’il croise le chemin d’Eugène Guillevic, poète français parmi les plus connus du 20ème siècle.
Le célèbre auteur s’intéressa bientôt à ce drôle de zigoto qui s’égarait entre le subjonctif et l’indicapif, l’imparfait et le moins-que-parfait, les guillerets et les crochnets, les vigules et les tirlets, les adverbes et les compliments, les épitraites et les attributs, et ne savait jamais choisir entre le grave et l’aigu. Mais qui, pourtant, n’écrivait pas si mal.

Encouragé par son mentor, le très mauvais élève osa écrire des rimes à sa façon et publier un recueil à sa manière.
Le hasard se mêla de nouveau de l’affaire et s’arrangea pour que le recueil du cancre gagne un concours de poésies puis parvienne à l’Académie française.
C’est ainsi que cette écriture qui ne valait pas un clou, reçu le prix Jousselin. Eugène Guillevic avait vu juste.

Tel ce cancre. Chaque personne peut se permettre d’écrire comme elle seule peut écrire. Oser écrire des histoires en se fiant à son imagination, sans définir vraiment son style et s’en s’occuper si les mots qui lui viennent sont parfaits.

Le vol du bourdon

Suivant les principes d’aérodynamique et comme le prouvent les expériences menées en soufflerie, le bourdon est incapable de voler.
Les dimensions, le poids et la forme de son corps par rapport à l’envergure totale, rendent tout vol impossible.
Et pourtant, le bourdon ignorant ces vérités scientifiques, vole !

Écrire et danser à l’ombre et au soleil

Comme chaque été depuis 8 ans, Marie Remande, formée au concept Éveilleur d’idées® en 2014 et Marie-Hélène Covelli, danseuse Chantraine. proposent de Danser et écrire au pays de Giono.
Du 16 au 23 juillet, un grand moment de créativité entre mots et gestes, à St Etienne les Orgues, au pays de Giono.

Un stage entre ateliers d’écriture, de danse et balades pour profiter de cet environnement exceptionnel entre Provence et Alpes. La nature, source permanente d’inspiration pour les deux pratiques.
On écrit sur la terrasse ombragée et sous les grands arbres du gîte confortable où nous accueille un couple qui fait danser les fourneaux ! Et on danse aussi dans une très grande salle lumineuse au parquet souple.

Plus d’informations

Marie Remande, auteure/journaliste, anime de nombreux ateliers d’écriture dans sa ville à Tours


Écrire des pages à la plage

Toute l’année, Sylvie Dambrine, auteure, peintre et musicienne, formée au concept Éveilleur d’idées® anime un atelier d’écriture créative à la bibliothèque médiathèque de Saint Raphaël.

Contact


Cette abonnée raconte aussi bien qu’elle écrit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.