Méli-Mes-Mots 2

Méli-Mes-Mots

Quand une fiction est ratée

Souvent, quand une fiction est loupée, ce n’est pas parce que l’auteur (e) n’a pas assez de talent, c’est parce qu’il manque d’imagination. L’histoire démarre sur une idée qui n’est pas mauvaise, mais, telle une fleur sans eau, elle s’affaiblit peu à peu faute d’éléments vivifiants. Alors l’auteur tente de terminer « comme il peut » par une fin digne d’un roman de gare.

Le français est en phase terminale

Notre langue est de moins en moins présente dans le monde médical mondial. À peine 0,3 % de publications référencées en français dans les bases de données médicales. Autrement dit, rien. C’est révélateur du déclin du français face à l’anglais. Il ne faut pas s’étonner que notre langue se meure, jeter un oeil autour de vous, le moindre commerce affiche un nom en « franglais ».

Lire dans le noir

Il vous est sûrement arrivé d’entrer dans une pièce plongée dans l’obscurité et chercher à tâtons l’interrupteur bouton pour l’éclairer.
Dans un mauvais livre, c’est la même chose, l’ennui des premières pages est sa nuit.

Avec tout son passé

Si vous entrez en écriture pour écrire un roman vous entrez avec tout votre passé dans votre sac à mots, sans toujours en être bien conscient. Alors, si vous ne prenez pas garde, votre texte en sera imprégné, trop peut-être…

Piégé par un cliché

Le cliché tend un piège à toute personne qui écrit. Il faut  » s’en méfier comme de la peste  » (cliché). Écrire que sa chevelure tombait en cascade sur ses épaules (cliché) conduit invariablement à camper un personnage banal.

On commence toujours par une envie

On débute toujours inconsciemment par une envie en écrivant des textes plutôt chauds. On découvre certains de nos désirs cachés ou ce qui ne nous excite pas du tout. C’est comme un moyen de faire le point, de partir à la rencontre de soi-même à travers une activité ludique. C’est totalement libre et sans effets secondaires. Mieux que tout aphrodisiaque.

Faut-il rassembler au Panthéon les ossements de Verlaine et Rimbaud, poètes et amants ?

L’ossuaire du Panthéon

Faut-il rassembler au Panthéon les ossements de Verlaine et Rimbaud, poètes et amants ? Le petit monde de la « cu-culture » pétitionne et nous prend la tête avec cette question.
Les poèmes de ces poètes sont admirables, mais la tumultueuse relation amoureuse de ce couple impossible mérite-elle cet intérêt ?

Un blogue WordPress gratis, est-ce possible ?

Vous animez un atelier d’écriture ? Vous êtes un auteur ? Vous devez avoir un blogue. WordPress est ce qui se fait de mieux, mais cela à un coût, entre 300 et 500 € environ. Sauf si vous suivez les conseils de VP Formation qui nous propose un bon plan. Cela dit, si vous préférez un accompagnement pas-à-pas pour peaufiner son design et son contenu, c’est ici.

Autoédition piège à ….


Le client d’un éditeur traditionnel c’est le futur lecteur.
Le client d’une maison d’édition à compte d’auteur ou participatif, c’est vous. Vous payez pour être publié. Plumé…

Un véritable éditeur ne fait RIEN PAYER à un auteur et ne le contraint pas à acheter X exemplaires de son propre livre. Un comble !

Les maisons d’édition à compte d’auteur ou à compte participatif ne sont souvent que sociétés marchandes proposant adroitement des services payants : correction des manuscrits, création de la couverture, diffusion, publicité et distribution du livre.
Fuyez les éditeurs qui vous demandent une participation.

Le jeûne et l’écriture

Le jeûne déclenche, paraît-il, un état d’hyper acuité mentale. Une très grande lucidité, une énergie spirituelle retrouvée. Voire l’impression de communiquer avec le Grand Tout.
Je n’ai jamais jeûné. Impossible de me passer de mes 2 petits déjeuners et de mes repas complets du midi et du soir accompagnés d’un verre de Bordeaux, cela va sans dire…
En revanche, j’ai quelques manuscrits qui jeûnent depuis un trop longtemps, notamment « SURVIVRE EN MILIEU HUMAIN » il est temps que je l’alimente.

Entre chiens et et chats

De nombreuses personnes possédant un chien ou un chat
déclarent partager plusieurs traits de caractère avec leur animal de compagnie.
La majorité s’accorde à dire que c’est un soutien moral, voire un membre de la famille.
J’admets que pas plus tard qu’hier, je me suis surpris à aboyer.

Fortifier son cerveau

Pour faire moins d’efforts musculaires, l’homme commença par inventer des machines dupliquant ses gestes. Un bon siècle plus tard il inventa des appareils pour le seconder dans ses processus cognitifs.
Résultat : l’homme se rend dans des salles de sport pour ne pas trop s’amollir. Mais n’a pas encore trouvé les moyens de fortifier son cerveau. Sauf sur Entre2lettres

C’est déjà fini.
Mais, Méli-Mes-Mots revient le mois prochain.
D’ici là, si ce n’est pas encore fait, je serai heureux de vous vous ajouter
à la liste des abonnés (es)

Je suis dyslexique. De facétieux neurones font des croche-pieds aux mots dans mon cerveau. Mon orthographe trébuche souvent quand j’écris. Peut-être avez-vous remarqué une faute. Merci de me la signaler : blog.entre2lettres(at)gmail.com

5 réponses

  1. Françoise - Gare du Nord dit :

    J’aime beaucoup ce format. Ça se savoure comme des amuse-gueules à l’apéritif.

    « Quand une fiction est ratée » : j’ai connu un collègue qui avait écrit 2 romans, édités à compte d’auteur. Ces livres souffraient de ce manque d’imagination. Il écrivait très bien, il avait un univers bien à lui, mais ses histoires étaient d’une platitude. Chaque fois qu’un nouveau personnage apparaissait ou que l’histoire prenait un nouveau tournant, je me disais « peut-être… » mais cela tombait à plat

    « La langue française en phase terminale » : elle ne serait pas fondée car j’ai entendu dire récemment que vers 2050, le français serait la languie la plus parlée au monde en raison de la population africaine francophone qui augmente

    « L’ossuaire du Panthéon » : je vote pour

    J’aime beaucoup certaines « expressions ; «« La langue française en phase terminale », «  l’ennui des premières pages est sa nuit. », «  vous entrez avec tout votre passé dans votre sac à mots » » 

  2. Tomtom dit :

    J’ai bien apprécié ces brèves- ça ne se lit pas, ça se grignotte. J’ai moi-même l’impression de tomber dans cet horrible piège du cliché quand j’écrit. La solution est simple en théorie : écrire plus pour développer mon imagination- En pratique je manque de temps et d' »énergie intellectuelle ».

  3. RENATA dit :

    Voilà pourquoi je me suis mise à miauler !!!!

    Je rejoins Antonio sur le plaisir de lire Méli mes mots , merci Pascal

    Je choisi mes livres en lisant sur place les premières lignes pour voir si je me fais happer , j’ai rarement été déçue
    Quant à notre belle langue j’entends ce déclin dans la bouche et les écrits de mon petit fils de 18 ans ! .

    Bonne journée

  4. Antonio dit :

    J’aime beaucoup ce format, très agréable à lire, et instructif ! Merci Pascal.
    Cependant, je ne suis pas d’accord, l’autoédition ce n’est pas l’édition à compte d’auteur, mais être soit même l’éditeur (donc entrepreneur) et assumer tout le processus de publication d »un livre en payant éventuellement des services à une société tiers qui n’est pas votre éditeur. En autoédition le livre vous appartient et les royalties aussi, vous ne touchez pas de droits d’auteur. Je suis dans ce cas de figure 😉

  5. françoise dit :

    Hier j’ai entendu un aboiement mais je n’ai pu discerner si c’était un chien qui imitait un humain ou un humain qui imitait un chien. Pas une seconde j’ai pensé que c’était vous. Peut mieux faire……..;

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Donec luctus lectus neque. ut Praesent velit, felis efficitur. accumsan ut commodo