Mieux rencontrer ses premiers lecteurs

Je suis étonné par le nombre de débutants sollicitant l’avis, voire la bénédiction, de personnes qui n’y connaissent rien.

Oui, je dis bien : qui n’y connaissent rien ! Ou pas grand-chose.

Ce n’est pas parce qu’on lit plus d’un livre par mois, ou parce qu’on a suivi des études de lettres, qu’on peut juger si une fiction est bien écrite et relever les erreurs de narration . 
À plus forte raison, les finesses pour séduire de nombreux lecteurs.

Certes, vos amis et connaissances peuvent, à condition d’avoir lu votre texte jusqu’au bout, dire gentiment : « Ce n’est pas mal ce que tu as écrit ».  » j’aime beaucoup l’histoire  » Mais cela ne vous éclaire pas beaucoup.
Dans cette courte vidéo je vous propose une meilleure solution pour mieux rencontrer vos premiers lecteurs.  

Je suis dyslexique. De facétieux neurones font des croche-pieds aux mots dans mon cerveau. Mon orthographe trébuche souvent quand j’écris. Peut-être avez-vous remarqué une faute. Merci de me la signaler : blog.entre2lettres(at)gmail.com

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Pascal Perrat dit :

    Le titre de mon prochain livre à paraître à la rentrée est : Animer un atelier d’écriture Éveilleur d’idées ®
    Bonne vacances

  2. Michel-Denis ROBERT dit :

    Il est sûr qu’un écrivain, quel qu’il soit, s’il ne respecte pas son lecteur, il ne vendra pas. Je ne suis pas spécialiste, mais le respect, s’il n’existe pas entre les personnages du livre, doit toucher agréablement dès les premiers mots.

    Tout ça pour répondre à Ophélie E., mais aussi pour demander à Pascal, le titre de son dernier livre.

    Merci à Pascal pour tout ce que vous faîtes.

  3. Ophélie E. dit :

    Une tribune encore pleine de bon sens, Pascal. Vos conseils sont plus que pertinents, mais je ne connais personne qui aurait envie de stabilobosser mes écritures.Je l’ai fait pour un ami pour son magnifique roman de plus de 400 pages (qu’il présente en vain à différents éditeurs)et le résultat est plus que mitigé. De ma part : peur de froisser et de la sienne : un simple merci. Je l’ai gentiment interpellé lorsqu’il avait écrit : « elle a le QI d’une caissière de super-marché », en lui mentionnant que cette phrase m’avait un tantinet heurtée. Il a admis ma remarque après 3 mois de bouderie ! Finalement, c’est très difficile d’être un bêta-lecteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Praesent consequat. sem, ut mattis in