Telle la lune, nos idées ont une face cachée

Le ciel est constellé de milliards d’étoiles plus ou moins brillantes, notre esprit aussi. Ces étoiles, ce sont nos vagues idées. Ces étranges et inattendues images qui viennent sans cesse consteller notre cerveau.

Vous doutez ?  Vous pensez que je file la métaphore un peu trop fort ?  Détrompez-vous. D’après l’astrophysique, les atomes nous composant ont été créés par les étoiles.
Félix Picaut, en son temps, conseillait déjà d’atteler sa charrue à une étoile. Autrement dit, atteler sa pensée à une idée et servir son essor. Ensemencer ses propres sillons.

Telle la lune, les idées ont une face cachée
Ne laissez pas filer une idée sans en faire le tour, sans essayer de découvrir sa face cachée. Méfiez-vous également des idées qui brillent trop, elles nous aveuglent fréquemment au détriment de celles, qui d’emblée, paraissent trop pâles.

« Je suis plein de sujets, dit au vieux Graffiti un jeune homme qui voulait écrire. J’ai dans la tête deux idées de pièces de théâtre, et trois douzaines de personnages. Je bouillonne d’ardeur, j’éclate de fièvre. Je prends mon papier, il reste blanc.  J’ai pourtant fait six cahiers de notes.
– Jetez tout cela, dit Graffiti. Et écrivez.
– Écrivez quoi ?
– N’importe quoi. Au commencement était l’action affirme Goethe, non la pensée.
– Il faut quand même, répondit le jeune homme, avoir un soupçon de ce qu’on veut dire.
– Non, il faut réfléchir après. »

Jean Dutourd, La fin des Peaux-Rouges Collection Blanche Gallimard 1964 

Je suis dyslexique. De facétieux neurones font des croche-pieds aux mots dans mon cerveau. Mon orthographe trébuche souvent quand j’écris. Peut-être avez-vous remarqué une faute. Merci de me la signaler : blog.entre2lettres(at)gmail.com

9 réponses

  1. Françoise - Gare du Nord dit :

    rectificatif
    d’avoir laissé échapper

  2. Françoise - Gare du Nord dit :

    Moi mes idées sont lunatiques. Elles sont parfois roses, parfois noires, parfois fausses, parfois claires. Je suis sûre qu’elles me sont fidèles mais il m’arrive de les trouver chez d’autres. S’il leur arrive d’être reçues, il m’arrive aussi de les refouler. Je peux user d’idées générales mais m’arquer sur des idées bien arrêtées
    J’avoue qu’elles sont souvent fixes mais aussi volatiles. Et ce sont celles-ci qui me donnent le plus de regrets. Elles traversent mon esprit mais je n’ai pas le temps ou la possibilité de les noter. Et pfff ! elles se sont envolées. Comme un rêve au matin qui nous échappe et que nous cherchons en vain à nous réapproprier avec le sentiment d’avoir laissé échapper quelque chose d’important

  3. AB dit :

    Excusez-moi j’ai écrit avec un t.

  4. AB dit :

    Pour me laisser écrire, je me laisse envahir d’idées mais, une seule me reste, elle est indécrottable, j’ai beau essayer de penser à une autre parce que je me dis oh, celle-là n’est pas terrible mais, rien n’y fait, c’est cette seule idée qui est restée gravée dans ma tête et qui demande à être développée. Les autres s’en vont. C’est comme cela pour moi et je me sens bien que lorsque j’ai écrit sur cette idée qui m’était venue et que je croyais tellement banale.
    A bientôt tous.

  5. Ellehache dit :

    Ecrire et filer sa pelote… écrire comme d’autre tricote… écrire simplement parce que tracer des signes sur un papier conduit à nous prouver notre existence. Et si, le vide de la page blanche venait simplement du doute d’exister vraiment? idées pour un soir glacé ensoleillé

  6. Laurence Noyer dit :

    on n’ écrit pas parce qu’on a des idées
    on a des idées parce qu’on écrit
    c’est très juste,
    j’aime à penser que nous sommes faits d’étoiles
    les antiques pensaient que chaque planète avait son propre ciel. notre planète brille-t-elle sous le septième ciel?
    Ecrire c’est semer des étoiles

  7. Michel-Denis ROBERT dit :

    Je n’ai pas d’idée la-dessus mais je vais y réfléchir. Non, j’écris d’abord. Un mot en attire un autre. Pratiquer doucement parce que le fil d’Ariane est fragile. En tirant sur ce fil, je trace un sillon…

  8. Beryl Dey Hemm dit :

    Pour écrire partez de rien. Il en restera toujours quelque chose !

  9. oholibama dit :

    Quelle drôle d’idée,pourtant, elle est plus que percutante. Combien de fois l’énergie qui se déploie pour écrire est_elle frénée par manque de corps! merci pour cette article,le mettre en pratique s’avère important, certes ,mais tellement difficile du moins pour moi. grand merci à vous Pascal.
    bel après midi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

libero Praesent Aliquam at vulputate, eget id lectus eleifend sit felis massa