Vous lisez tout faux !

Êtes-vous sûr que le texte que vous lisez sur votre téléphone, une tablette ou un ordinateur n’est pas falsifié ?
Pouvez-vous assurer qu’il a été rédigé par une personne digne de foi ?

Demain, l’intelligence artificielle permettra à quiconque, doté des outils nécessaires, d’écrire parfaitement n’importe quel texte traitant de n’importe quel sujet.

Déjà des articles truffés de fausses statistiques assénées par des experts bidons pullulent sur Internet et les autres médias. Déjà, de faux amis
« pensent » beaucoup à nous et nous proposent leurs faux profils sur les réseaux, tandis que les fakes news des malintentionnés répandent l’angoisse et la haine sur la planète.

Une lettre est une petite oeuvre

Interrogez-vous. Est-ce que vous mettez le même soin à écrire un courriel ou un SMS, qu’une vraie lettre ? Dans le premier cas on écrit mécaniquement. Dans le deuxième, on s’applique à écrire une correspondance qui peut s’apparenter à une petite oeuvre. On tient beaucoup plus compte du destinataire.

Faudra-t-il revenir aux textes manuscrits ?

C’est fort possible, car un document écrit à la main sera le seul moyen de garantir son contenu. L’encre indélébile a peut-être un bel avenir devant elle. Le stylo aussi. Apprendre l’écriture cursive aux petits ce n’est pas fini.


Nos abonnées écrivent et publient aussi

Malaise, le nouveau livre de Laurence Marino.
Après, « Neuf mois ou presque »

(…) Un matin, tu te lèves et il est là assis face à ton bol de thé. Niché dans ta tête, collé aubide. Ça fait même pas mal, c’est à cause de cette raison que tu vas le laisser faire.Bientôt, il envahira tous les pans de ta vie et tu n’y pourras plus rien. T’as l’âge mur, celui de la femme épanouie. Celle qui connaît son corps, lit Marie Claire et sait ce qu’elle veut. Foutaises. C’est l’âge où tu sais que tu n’as plus vingt ans. Tes espoirs sont morts.(…)


Claire Bretécher est décédée

Son éditeur, les éditions Dargaud, a publié ce communiqué.
« Parmi les pionniers de ce genre littéraire, Claire Bretécher va imposer un style, un ton, un regard décalé d’une originalité totale. Observatrice détachée (vraiment très détachée) de son époque, elle en croque les travers avec une immense autodérision. […] Au point qu’en 1976, Roland Barthes dira qu’elle est la “sociologue de l’année”. A son style graphique unique répondait un langage Bretécher (ou l’inverse). […] Personnalité aussi dérangeante qu’attachante, Claire Bretécher a tracé un chemin unique dans la BD. Son humour et sa liberté d’esprit étaient immenses, ils manqueront à tous ses lecteurs, ils nous manquent déjà. »

Hommage à la grande créatrice

Hommage à la grande créatrice à laquelle j’ai souvent emprunté cette planche lors de mes ateliers d’écriture créative.

Je suis dyslexique. De facétieux neurones font des croche-pieds aux mots dans mon cerveau. Mon orthographe trébuche souvent quand j’écris. Peut-être avez-vous remarqué une faute. Merci de me la signaler : blog.entre2lettres(at)gmail.com

6 réponses

  1. Marino dit :

    Merci Pascal de cette mise en lumière

  2. Michel-Denis ROBERT dit :

    J’ai touché juste, Monsieur Pompelair. Je vous félicite pour votre réaction. Pour faire réagir, il est nécessaire de provoquer. C’était le but. Je vous souhaite une bonne journée.

  3. Michel-Denis ROBERT dit :

    Ce que je crois par rapport aux réseaux sociaux ou asociaux ! Cela dépend de ce que nous lisons. C’est un véritable phénomène de société. Les news que nous découvrons, nous n’avons aucun moyen de contrôle. Savoir si elles sont true ou untrue. Donc, nous devons nous méfier de la provenance et de la censure. Parce qu’elle existe. Si un commentaire trop pertinent est inscrit, il passe à la casserole s’il ne sert pas l’objectif de celui ou de ceux qui ont publier une vidéo parlant de l’actualité. C’est ainsi que l’opinion d’une personne fiable peut être orientée, ou bien réduite au silence. Quand on pense qu’une simple machine peut faire ce travail, ça fait froid dans le dos. Derrière la censure, un humain peut contrôler à nouveau et orienter la pensée du plus grand nombre vers ce qui pourrait lui rapporter le plus financièrement. That is the question !

    • Pompelair dit :

      Que viennent faire dans ces 7 lignes True, untrue, that is the question ?
      Vraies, fausses, là est la question : ne serait-ce pas mieux ?
      Le Brexit étant effectif, profitons-en pour bannir ces semis d’anglais inutiles et pollueurs, le français se suffit à lui-même.

  4. 🐀 Souris verte dit :

    Très intéressant. 🐀
    J’en suis encore à lutter contre les fautes que ce bidule machiavélique impose. Il conjugue à l’américaine ! Met des majuscules intempestives !
    La barbe et les poils !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

at ut diam luctus elit. id, dictum ut sed dapibus commodo tristique