458e exercice d’écriture créative créé par Pascal Perrat

Expliquez aux futurs acheteurs de votre « Méthode d’écriture noctambule », comment écrire en dormant.

Voyez comment est née cette idée

Ces exercices inédits d’écriture créative n’apprennent pas à écrire, ils enflamment l’imagination. Le but est de vous conduire vers les ressources imaginatives qui somnolent en vous. Après quoi, vous décidez de mener le projet d’écriture qui vous convient : nouvelles, roman, etc.

Abonnez-vous à Entre2lettres
Vous recevrez 1 article et 1 exercice d'écriture créative chaque semaine. Pas plus. Votre nom, prénom et adresse e-mail ne seront jamais communiqués.
Votre nom, prénom, adresse e-mail ne sont jamais communiqués à quiconque. Vos données sont sollicitées lorsque vous vous abonnez et vous les transmettez en parfaite connaissance de cause. Elles sont collectées par le biais du gestionnaire d’adresses de MailChimp, plate-forme de marketing automatique. Vous pouvez les modifier ou les supprimer en vous désabonnant.

23 réponses

  1. Méthode d’écriture noctambule

    Bonnes gens, achetez, achetez
    les secrets dévoilés des poètes
    listés sur ce CD pocket
    et testés avec mon pendule
    une nuit de nouvelle lune

    Ne soyez pas incrédule …
    Il suffit de vouloir rêver
    Et aussi de vouloir oser
    à se lancer sans préambule
    dans cette aventure assurée…

    Se préparer dans la journée
    sous la douche ou au crépuscule
    pour être fin prêt au coucher
    à entrer en conciliabule
    avec votre « ego » oublié

    Vous aurez bien tout préparé
    et placé près de votre tête
    sur un tabouret de fortune
    une feuille et un crayon HB
    pour noter sans vous réveiller
    ce qui arrive sans virgule,

    En mots, en images ou en bulles
    des scènes vont vous arriver
    vous les notez en funambule
    et le matin lors de votre lever
    unissez les nanoparticules
    et vous en faites une épopée

    Lecrilibriste

  2. françoise dit :

    Expliquez aux futurs acheteurs de votre « Méthode d’écriture noctambule », comment écrire en dormant.
    Bien sûr il vous faut acheter la méthode, un peu chère je l’avoue mais n’est-ce pas le prix à payer pour écrire sans perte de temps, sans leucosélophobie : syndrôme de la page blanche puisque la nuit toutes les pages vous paraîtront bien évidemment noires.
    Victor Hugo aurait souffert de ce syndrôme, ce qui l’aurait obligé à écrire la journée avant de prendre connaissance de la « méthode d’écriture noctambule datée de 1815 qui lui a sans doute permis d’être ce grand écrivain aux multiples ouvrages.Sans cette méthode Cosette, Jean Valjean.n’auraient peut-être jamais existés.
    La légende dit aussi que « voyage au bout de la nuit » aurait été écrit par Celine en écriture noctambule. Dans une biographie qui lui était consacrée je me souviens avoir lu qu’il était également somnanbule.
    J’en reviens à l’essentiel  :donc vous voulez écrire en dormant ? Vous vous installez confortablement : deux oreillers sous la tête, un stylo à plume avec le réservoir d’encre suffisamment rempli, quelques feuilles de papier noir ou blanc, selon votre choix, à hauteur d’estomac  ; sur votre visage la « méthode d’écriture noctambule » ouverte dont vous aviez bien évidemment noté la dernière page lue la nuit précédente .Vous devriez, après quelques nuits , noiricir quelques pages.
    PS la première édition de cette « méthode d’écriture noctamble » date de 1810.je l’ai revue et corrigée. pour la mettre au goût des apprentis-écrivains des années 1900 ET +

  3. Françoise - Gare du Nord dit :

    4e de couverture de l’ouvrage « Méthode d’écriture noctambule » de Georges Courteligne

    « Vous connaissez les nuits blanches à broyer du noir, ces nuits de veille à compter les moutons, ces nuits sans sommeil à tourmenter.
    Et si vous en profitiez pour écrire

    Cet ouvrage s’inspire des procédés et techniques d’écriture d’écrivains illustres.
    Ainsi Céline a rédigé « Voyage au bout de la nuit » après une nuit d’insomnie ; Raymond Chandler au contraire a écrit « Le grand sommeil » lors d’une crise de narcolepsie ; Christine Rochefort « Le repos d’un guerrier » au cours d’une sieste, coquine, semble-t-il ; Zola a bâti la trame de son roman « Le rêve » après un cauchemar ; Romain Gary, noceur impénitent et couche-tard réputé, a griffonné la quai-totalité de « La promesse de l’aube » en se couchant à 3 heures du matin après une nuit de bombance et Jules Verne a terminé « De la Terre à la Lune » pendant une phase de pleine lune.

    Cette méthode vous délivrera plusieurs conseils, qui seront développés à l’intérieur de l’ouvrage, pour écrire et bien écrire, comme :

    Éviter tout lyrisme ainsi que le style ampoulé et ronflant même si vous être sujet aux ronflements
    Si vous vous trouvez dans une phase de sommeil paradoxal, vous êtes apte à écrire des romans de l’étrange et du bizarre
    Dispensez-vous d’écrire des romans du domaine fluvial si vous avez des petits problèmes d’énurésie et des fuites nocturnes et ne souhaitez pas être traité de pisse-copie.
    Idem pour ceux se situant dans les gratte-ciels si vous souffrez de somnambulisme
    Renoncez au polar et au thriller si vous craignez les terreurs nocturnes
    N’hésitez-pas à composer des sonnets si vous n’avez pas de réveille-matin
    Et enfin, abstenez-vous d’écrire tout court si vous souffrez d’apnée du sommeil. Ce serait dommage de laisser une œuvre inachevée

    Nous espérons surtout que cet ouvrage vous évite la pire des angoisses pour un écrivain, celle de la feuille blanche.

    « Méthode d’écriture noctambule » de Georges Courteligne – Les Éditions de Minuit

  4. Nadine de Bernardy dit :

    Cher client et ami

    vous venez d’acquérir le CD de ma méthode pour écrire en dormant.
    Sha badabada sha badabada
    Je vous conseille donc de la pratiquer le soir
    Sha badabada sha badabada
    Allongez vous dans votre lit en vêtement de nuit,sous une couverture,la tête posée sur l’oreiller pour respecter la courbure naturelle de votre nuque.
    Sha badabada sha badabada
    Posez à portée de main un parchemin,une plume d’oie,un encrier empli d’encre fluo
    Sha badabada sha badabada
    Respirez profondément,laissez vous aller au sommeil,couché sur le dos,le dictionnaire à votre gauche si vous êtes droitier et inversement
    Sha badabada sha badabada
    Voilà, vous êtes endormi,détendu,vous basculez dans l’inconscient
    Sha badabada sha badabada
    Un rêve arrive,un chapitre,un personnage.Saisissez la plume;trempez la dans l’encrier,laissez la courir sur le parchemin.Ne vous réveillez pas,ma voix vous guide et vous maintient dans un état d’hypnose féconde
    Sha badabada sha badabada
    Quand vous avez noté ce qui vous est venu à l’esprit,reposez la plume,continuez votre nuit jusqu’au prochain signe de lucidité créatrice
    Sha badabada sha badabada encore une fois badabada sha badabada
    Maintenant il est temps pour moi de vous laisser tranquille.Je vous dis à bientôt,relisez au matin ce que vous avez produit en apportant les corrections nécessaires
    Sha badabada sha badabada

    Rappellez vous que 70% des 125 euros que coûte mon CD est reversé à ma fondation,le reste couvrant les frais de port et de matériel
    Sha badabbada sha badabada
    Vous pouvez passer vos commandes à l’adresse suivante:
    docteursomno.ecriturenocturne(at)wanadodo.fr

  5. Anne Lonjaret dit :

    Expliquez aux futurs acheteurs de votre « Méthode d’écriture noctambule », comment écrire en dormant.

    MessieursDames les lecteurs, Connaissez vous l’une des particularités du félin ? Il est for noctambule. A sa façon il écrit, trace sa vie. Mettez lui un GPS et vous serez surpris de ce qu’il peut raconter à votre insu. Et croyez moi, personne ne peut le voir. Seuls ses yeux peuvent éventuellement briller dans la nuit telles 2 petites étoiles. A peine quelques bruissements sont perceptibles, lui le discret par excellence…. Mettez vous un peu dans sa peau de solitaire vagabond mais appréciant son confort. N’êtes vous pas un peu comme lui ?
    Votre façon d’écrire dans la nuit, c’est votre jardin intérieur. Oulà ! Quel est ce gros mot ? Vous savez le mini pèlerinage entre la tête et le coeur, ou l’âme…. Peu de centimètres, mais quel chemin ! C’est ce que je vous propose dans mon livre : découvrir les lignes pour faire corps, habiter l’instant présent. Prenez la plume de votre Etre, n’ayez pas peur, l’encre ne tâche pas. Si vous pensez commettre une erreur, c’est comme sur une autoroute, vous pourrez rattraper à la sortie suivante. A la différence que vous ne payerez pas de péage. Par contre, vous devrez donner de votre personne, mais c’est ça la Vie ! Mais vous serez noctambule, à l’abri des regards…. Ce livre n’engage à rien, il vous propose des pistes simples, une forme de « guide du parfait Routard » ! Car, oui, vous serez appelé à rouler votre bosse. Et pour en revenir au félin : celui-ci se love en boule pour se re-poser.
    Bonne découverte et peut-être bonne route !

  6. RENATA dit :

    Bonsoir à tous
    Je sais qu’il est très tard mais vous l’attendez depuis si longtemps que je ne peux plus différer l’annonce .
    J’ai le plaisir de vous présenter Ma Méthode d’Ecriture Noctambule (MaMen)
    Il s’agit de :
    « Crumiote Octe Merdiasse Mutre Ecra Nutre Tramo . Epotisma Cossiau Raous Iko Racho Euvion . Erumon Noute Dabi Ornise Rolo Merdisse Arout Natra Tilant  »
    Ciel ! je me suis endormi en pleine démo . Vous pouvez constater que malheureusement ça ne fonctionne pas et j’en suis désolé .
    Cette idée était vraisemblablement un rêve éveillé , une illumination vite éteinte , un délire passager peut-être même un moment d’égarement ou un manque de sommeil ! d’ailleurs je ne me souviens plus comment elle m’était venue .
    Je vous présente toutes mes excuses . Vous qui m’avez encouragé par vos dons , vos arrhes ……En toute confiance et sans garantie aucune .
    Je suis un bambocheur , un noceur , alors , acceptez que je ne vous rembourse pas . Je continuerai à faire la fête grâce et en pensant à vous .
    Puis au petit matin je vous raconterai , avec méthode , mes nuits blanches .
    Dernière info : mon mail s’autodétruira dans 1 minute
    Auxbellesarnaques .Ccuit.Cfini .

  7. iris79 dit :

    Expliquez aux futurs acheteurs de votre « Méthode d’écriture noctambule », comment écrire en dormant.
    Déjà un best-seller ! « Méthode d’écriture noctambule » a séduit des milliers de personnes à travers le monde. Vous êtes intéressés ? c’est par ici…
    Une méthode pour être efficace doit être suivie à la lettre sans omettre des étapes. Elle demande rigueur et discipline mais cela n’est pas insurmontable. Il faut juste la suivre pas à pas.
    Chapitre 1-favoriser l’endormissement (s’appuyer sur ses acquis personnels. Des exemples et des pistes pour les insomniaques).
    Chapitre 2-identifier les différentes phases de sommeil (pour savoir à quels moments retenir des informations).
    Chapitre 3-rétention des informations pertinentes et stockage des données. (Vous allez découvrir les capacités insoupçonnées de votre cerveau !)
    Chapitre 4-rédaction de fiches de synthèse virtuelles.
    Chapitre 5-restitution des informations au réveil et retranscription des données.
    Attention, cette méthode ne peut s’appliquer seul !
    Elle ne sera pleinement efficace que si vous suivez une semaine d’initiation collective au centre de formation ! Il ne reste presque plus de places alors réservez sans tarder !
    N’hésitez plus ! Laisser vous guider et boostez vos capacités et performances pour l’écriture ! C’est le succès assuré !
    Vous serez hébergés dans une structure grand confort à la campagne, dans un silence bienfaiteur. 15 participants par session ! Pension complète. Prix imbattable ! 12999 euros la semaine !
    (Nous précisons que vos données sont strictement confidentielles et que nous respectons la vie privée de chacun aussi nous ne vous communiquerons aucun nom de personnes célèbres ayant écrit pour certains, des chef-œuvres. C’est notre déontologie et nous nous y tenons…)

    Alors n’hésitez plus ! Rejoignez-nous !

  8. Nouchka dit :

    Dans le présent chapitre de notre « Méthode d’écriture noctambule », nous aborderons le : Comment écrire en dormant.
    En effet, après avoir abordé la recherche d’idées et d’images en nous déplaçant en voiture ou à pied, la nuit ; nous nous intéresserons ici au sommeil.
    Notre esprit ne se « débranche » pas comme un appareil ménager. Il poursuit, il progresse dans la recherche, l’association d’idées la nuit lorsque nous sommes au repos. Pouvons-nous favoriser le travail d’écriture nocturne de notre cerveau ?
    Sans aucun doute. Il est souhaitable de tenter d’écarter de nos préoccupations mentales toutes ces contingences matérielles qui nous distraient de l’acte de création. Soyons calme, apaisé dans une pièce obscure et silencieuse pour commencer notre nuit. Repensons un instant, le fil de notre écrit en cours.
    Au préalable, pour ceux d’entre nous qui aiment prendre des notes sur le vif, ayons à portée de main, un éclairage d’appoint facile à manœuvrer, un carnet et un stylo.
    Le sommeil nous emporte d’autant plus rapidement que les conditions matérielles sont favorables : température de la chambre, vêtement de nuit ou absence de vêtement, obscurité et silence sont les gages de conditions favorables à la création.
    Soyons assuré que notre esprit travaille. Faisons-lui confiance. Quelque soit le type d’écrit que nous souhaitons réaliser : courriers professionnels, administratifs, sentimentaux, récits de voyage, compte rendu de réunion, critique de spectacle, billet pour un blog, création de nouvelle ou de roman, la nuit nous fait gagner un temps fou !
    Probablement, serons-nous comme toutes les nuits, amenés à changer de position, à aller faire pipi, boire un verre, etc.
    C’est à ces moments-là que nous capterons la production d’idées secrétée par notre cerveau. Il est même des fois, où notre tête, sans doute très contente de ce qu’elle vient d’imaginer nous sortira du sommeil pour nous proposer ses trouvailles : arguments percutants, nouvelle direction de l’œuvre, etc. Profitons de ce moment de veille pour prendre quelques notes, cela nous rassurera et nous permettra de replonger plus facilement dans le sommeil.
    Au matin, frais et reposés, nous retrouverons avec plaisir les notes de la nuit et poursuivrons notre ouvrage.

  9. Fanny Dumond dit :

    « Méthode d’écriture noctambule »

    Vous le savez qu’au fond de vous sommeille une graine d’écrivain, mais voilà vous n’avez pas une seule seconde à vous durant la journée pour écrire.

    Vous en avez plus que marre de vous coltiner tous les jours métro, boulot, dodo pour un salaire de misère.

    Aussi, je vous propose ma méthode infaillible pour devenir riche et célèbre sans vous fatiguer ni sortir de chez vous.

    Je savais que j’avais du potentiel pour être un écrivain de renom mais, trop stressé par ma vie trépidante, je restais désespérément devant ma feuille blanche. Puis, une nuit lors d’un rêve, l’étincelle de génie m’est apparue. Écrivez en dormant, c’est tout aussi simple que ça. J’ai aussitôt testé cette idée et depuis ma notoriété fait le tour du monde.

    Si vous voulez connaître mon secret, je vous invite à passer commande rapidement car il n’y en aura pas assez pour tout le monde.

    Je vous le répète : ma méthode est infaillible. Elle est sans engagement. « Testez une semaine gratuite et si, par hasard, vous n’étiez pas satisfait vous pourriez me la renvoyer »

    unk.nownatgcourrier.dze

  10. Souris verte dit :

    🐀 LES MOTS COUCHÉS
    À cette heure tardive ou le sommeil me fuit
    Sur une feuille blanche comme les draps de mon lit, j’écris.
    Je couche des mots qui avancent et se groupent en troupeaux.
    La horde des moutons que j’ai déjà comptés,
    Et veille à ce que pas un ne se soit échappé sur le chemin de l’insomnie
    Les petits mots déjà couchés me réclament une histoire.
    Ma mine de papier mâché les yeux aux trois quarts fermés incitent à conter une histoire à dormir debout.
    La nuit défile son ruban tacheté d’étoiles.
    Il est tard, tétard, tortue, tu mens…
    Le marchand de sable est un charlatan.🐀

  11. Camomille dit :

    OUI, vous avez bien entendu, vous ne rêvez pas  : C’EST POSSIBLE !

    VOUS, qui êtes en manque d’inspiration, ou qui pensez l’être,
    VOUS, Victimes de la page blanche,
    VOUS, Bloqués, déconcentrés, évaporés,

    ME VOILA ….me voilà avec LA SOLUTION.
    Pas de stress… il y a….

    Mais approchez-vous, le stock est limitée.
    Je le réserve à un public choisi et restreint.

    Ne poussez pas Madame, je vous en prie,
    Et vous Monsieur rangez votre crayon, vous n’en aurez plus besoin grâce à ma METHODE D’ECRITURE NOCTAMBULE.
    Moi, Pascalin PERRATIN, «éveilleur d’idées », j’ai mis au point cette méthode révolutionnaire et je vous en réserve aujourd’hui la primeur.

    Saviez-vous que la nuit, durant votre sommeil, vous étiez des génies de l’écriture ?
    Vous l’ignoriez n’est-ce-pas ? Mais moi, Pascalin PERRATIN, je vais vous révéler durant la nuit votre talent qui sommeille dans la journée.

    Comment ?

    Sachez que j’ai mis dix ans pour mettre au point cette méthode simple et efficace.
    Je vous avertis que ça va être une révolution dans le monde littéraire : «ECRIRE EN DORMANT », méthode testée et approuvée par « les écrivains en herbe »,

    Voilà donc en quoi ça consiste : tout d’abord, avant de vous endormir…..

    Et c’est à ce moment là, chers fidèles lecteurs de la Gazette Bordelaise, qu’une bourrasque, que dis-je une tornade s’abattit sur le stand de Pascalin PERRATIN et emporta tout sur son passage.
    Depuis, nous sommes sans nouvelles de lui et de sa méthode.
    Des recherches sont lancées.
    Nous espérons très rapidement revenir vers vous avec de bonnes nouvelles afin de vous dévoiler le contenu de la méthode noctambule : « COMMENT ECRIRE EN DORMANT ».

  12. Kyoto dit :

    – Maître, merci de me recevoir. Je m’appelle Gaëtan et je suis étudiant en Sciences comportementales…
    – Vous voulez m’interroger sur mon dernier ouvrage « Méthode d’écriture noctambule » ? Quand pensez-vous ?
    – Sincèrement, je vous avoue que je n’ai pas tout compris…
    – Holà ! Et qu’avez-vous retenu ?
    – L’alcool, le cannabis…
    – Et ?
    – Comment pouvez-vous en faire l’apologie en sachant que ces substances créent des addictions ?
    – Jeune homme, votre réflexion reflète un esprit borné d’une simplicité excessive. Ne savez-vous donc pas que ces substances ont un effet positif et créatif sur nos neurones. Noctambulez Gaëtan ! Et vous aurez de belles surprises !
    – Euh… Et certains médicaments ?
    – « C’est un petit comprimé blanc, ovale, sécable. » Vous avez déjà entendu cette citation, Gaëtan ?
    – Euh… Non.
    – C’est la première phrase du roman de Michel Houellebecq. Le titre ?
    – …
    – Sérotonine.
    – …
    – Et quand, dans mon ouvrage, je parle de neurotransmetteurs, neuromodulateurs, épinéphrine, dopamine… et la liste est longue… j’explique que toutes ces substances contribuent à la chimie du cerveau qui, la nuit… Mais, j’ai l’impression que vous ne vous sentez pas bien.
    – En effet Maître, je suis…
    – Vous êtes en quelle année dans vos études ?
    – Première année!
    – Et il vous en reste ?
    – Neuf…
    – Alors, rendez-vous dans huit ans ! Nous en reparlerons ! Et vivez ! Sans excès ! Mais soyez gourmand de la Vie, Epicure !
    – …

  13. Clémence dit :

    Expliquez aux futurs acheteurs de votre « Méthode d’écriture noctambule », comment écrire en dormant.

    Dans cette petite bourgade de Provence, l’excitation était à son comble. La nouvelle s’était faufilée, comme la bonne odeur de la fougasse, dans les rues étroites bordées de maisons hautes aux persiennes couleurs pastel.
    – C’est sûr ? Elle va venir ? Elle, la sulfureuse romancière ? demanda la petite dame qui sortait de la boulangerie en croisant Monsieur le Maire.
    – Oui, et c’est tout de même une fierté pour notre petite commune, vous ne trouvez-pas, Jacqueline ?
    – Et à la terrasse de quel bistrot posera-t-elle sa pile de livres à dédicacer? interrogea Mireille en calant ses poings sur ses hanches.
    – On ne sait pas encore, mais elle a ses exigences… elle veut que cela se fasse à la nuit tombante ! lui répondit Louison qui se vantait d’être informée d’une source sûre.
    – Je me demande si elle viendra affublée d’une de ses tenues excentriques, les traits de son visage transformés par son maquillage inouï, ses lunettes noires qui lui mangent son visage …murmura Lola qui ne manquait pas une occasion pour plagier ses toilettes.
    – Et moi, je me demande surtout où elle va chercher toutes ses idées. Faut avouer qu’elles ne sont pas piquées de vers. Mais, faut avouer aussi que son style est incroyablement classe  susurra Francine.
    – Je me suis laissé dire, à cet effet que ce n’est pas pour la promotion de son dernier roman qu’elle vient. Non, elle a enfin cédé ! fanfaronna Juliette en mimant des parenthèses avec ses doigts aux ongles vernis d’un corail éblouissant.
    – Faut dire que son éditeur y est pour quelque chose. Il paraît même que ça a chauffé entre eux ! Les murs doivent encore trembler, mais voilà, c’est fait. La méthode sort !

    Moi aussi, j’avais l’intention d’aller à la boulangerie pour y acheter ma Banette. Mais ayant perçu de tout ce caquetage, j’avais freiné mon élan et restai tapie à l’angle de la rue, cachée par une glycine en folie. Je ne perdis pas une miette !
    Et puis, mine de rien, fredonnant une ritournelle à la mode, je me dirigeai vers la boulangerie.

    Un silence m’accueillit. « Tiens, tiens, me dis-je, était-on en train de dire du mal de ma petite personne ? » Ce n’était pas impossible, car depuis quelque temps , je sentais monter une espèce d’antipathie à mon égard. Antipathie pour ne pas dire plus ! Rancœur, envie…Tout ça, parce que je publiais dans une revue hebdomadaire locale, une nouvelle qui, me semblait-il avait du succès, car la vente de la dite revue avait fait un bond prodigieux, affichant un zéro de plus au nombre d’abonnés.

    Ce n’est tout de même pas de ma faute si j’ai une imagination débordante et délirante. Non, mais…à chacun ses talents !
    Je ravalais mes sentiments revanchards et saluai la petite troupe d’un délicat :
    – Bonjour, mesdames ! Quels sont les nouvelles que nous a apporté Mistral ce matin ?
    Après quelques toussotements, la plus teigneuse d’entre elles me répondit :
    – « Elle » vient, votre copine d’écriture ! Et vous devriez aller la voir. Vous avez certainement des secrets à échanger !
    J’en restai bouche bée et leur répondis avec une lenteur calculée :
    – Ma copine d’écriture ? Laquelle ? Et quels sombres secrets pourrions-nous échanger ?

    C’est alors que Monsieur le Maire vint à ma rescousse en bousculant la « volaille », en rappelant la convivialité qui était de mise dans sa bourgade.
    – Voyons, mesdames… point de vilenies.

    Puis il se tourna vers moi, me prit par le coude et m’emmena. Je le regardai et nous éclatâmes de rire. Comme deux enfants qui s’enfuiraient après avoir appuyé sur les sonnettes de toutes les portes des maisons de la rue !
    – Je te jure, je n’ai pas vendu la mèche, me dit-il au creux de l’oreille.
    – Je te crois, lui répondis-je en lui faisant un clin d’œil complice. J’ouvris mon immense sac et en sortit une paire de lunettes tout aussi immense.
    – Alors, comme ça, tu l’as écrit, ta « Méthode d’écriture noctambule » ?
    – Hem, hem, mais oui !
    – Et ça marche ? Enfin, je veux dire, ta méthode, elle se vend bien ?
    – Un tabac, mon cher. Un tabac. Je n’en reviens pas d’ailleurs. Comment est-ce possible que l’on dépense une telle somme pour si peu…Tu te rends compte ! Un livre d’à peine 20 pages ! C’est payer cher pour du rêve !
    – Bon, mais nous sommes amis d’enfance, tu pourrais m’en dire un peu plus sur ta recette… allez !
    – Même pas en rêve, lui répondis-je !
    – Allez….
    – Non, je t’ai dit non. Mais comme tu es mon pote, je te refile un tuyau… tu vas sur le site de PéPé, tu sais, le site qui louvoie entre deux lettres, et tu sauras tout ! J’y dévoile tout, je m’y mets à nu !

    © Clémence.

  14. Antonio dit :

    Salut ! Bienvenue sur « Réveilleurd’idées.comlesautres » pour ce petit tuto qui vous montre aujourd’hui comment écrire en dormant.

    Rien de plus simple. Pour cela il vous faudra, bien sûr, le bon outillage. À commencer par un tourne-vice cruciforme sans lequel vous ne pourrez pas démonter la batterie d’idées salaces qui vous viendront en dormant. Car sur « Réveilleurd’idées.comlesautres » nous veillons à garder une écriture, certes originale, mais toujours révérencieuse et bienveillante.

    Il vous faudra, bien entendu, un ordinateur portable, afin de saisir simultanément vos idées durant la phase de sommeil paradoxal, après avoir installé le logiciel « Méthode d’écriture noctambule » que vous pouvez télécharger sur notre site gratuitement, après avoir validé votre abonnement mensuel.

    Et, pour finir, il faudra vous munir d’un stimulateur d’idées, ce petit stylet que vous connecterez, derrière l’oreille, directement à l’inspiration, en wifi. Car, il ne s’agit pas ici de recopier bêtement un rêve, sans queue ni tête, mais bien de créer une histoire originale et sensée.

    Je vous mettrai en lien tous ces outils en bas de la page, auxquels j’ajouterai, pour les ronfleurs, un kit d’absorption de vibrations, souvent néfastes à la réception d’idées.

    Une fois prêt, vous n’aurez plus qu’à vous laisser guider jusqu’au sommeil paradoxal et attendre la connexion, en suivant scrupuleusement les instructions qui défileront dans le bandeau en bas de votre rêve. Lorsque vous apercevrez l’image de vos mains devant le clavier, vous n’aurez plus qu’à taper le texte qui vous aura été inspiré, tout en continuant de dormir, avec votre rêve qui tourne en arrière plan.

    N’oubliez pas de faire « CTRL S » assez souvent, en cas de déconnexion inopinée, cela arrive encore, malheureusement. Le stylet peut parfois être défaillant ou l’inspiration capricieuse, selon le fournisseur d’accès au cosmos.

    Une fois votre texte et sommeil terminés, vous pourrez sortir normalement de l’application en fermant la fenêtre et en ouvrant les yeux.

    Voilà, en espérant vous retrouver nombreux sur « Réveilleurd’idées.comlesautres » pour le tuto de la semaine prochaine qui vous montrera comment être publié en dormant, sans que cela ne vire au cauchemar.

  15. durand JEAN MARC dit :

    Longtemps, je me suis couché de bonne heure pour récupérer de mes vastes pauses d’écritures, en déambulations champêtres, halls de gare et fonds de café. En fait, j’écrivais un peu n’importe où, comme certains, n’importe quand, comme d’autres, tant qu’il y avait de la lumière, et n’importe comment, comme la plupart. J’appliquais la peu célèbre formule (et c’est pour cela, entre autres, qu’elle me plait) « Ecris tout ce qui te passe par la fenêtre ».

    Or je m’aperçus, un jour, ou peut être bien une nuit, allez donc saisir la machinerie de la création, que le quatrième volume de ma septologie patinait sérieusement. Je ne savais plus du tout si je devais tuer mon héros, si je devais encore le ressusciter, s’il avait jamais existé, est-ce que cela valait vraiment la peine de lui faire torturer son passé ou se bricoler un avenir ? Ou alors transfuser ses aventures dans les gènes de son petit-fils qui reprendrait le flambeau, quitte à y brûler son âme, ou du moins ses doigts ?

    Bref, si je voulais finaliser mon projet suffisamment tôt pour pouvoir profiter de la gloire et de la fortune acquise, il me fallait passer la vitesse supérieure, la boîte automatique n’ayant rien à voir avec le hoquet d’écriture du passé pas si lointain.

    Cela m’advint un soir où je m’endormais à la lecture d’une programmation politique. L’ouvrage pesait bien le pour mais mesurait mal le contre de la situation actuelle, en rappelant bien d’autres, des mouvements de l’Histoire. Mais que celui ci, au lieu d’en débattre ad aeternam, il allait falloir se le coltiner, si l’on voulait éviter, à plus ou moins long terme, c’est toujours la même formule, si l’on voulait éviter, disais-je donc, d’avoir à se débattre.

    La lumière était demeuré allumée et mon chat, vautré dans sa pelisse calculait l’incidence du gaspillage d’électricité sur la qualité des futures boîtes que j’allais lui choisir. Mon épouse terminait juste le dernier volume de son encyclopédie: « L’art de varier les pâtes ». Elle m’avait clairement signifié à la fin du repas que: « Tu sais chéri, je crois que j’en ai fait le tour ». Et à voir sa mine de cocker larmoyant, je saisis également qu’elle allait se détourner de moi.

    Cela vint, comme on dit, naturellement. Il fallait juste s’extraire du fauteuil de la télévision, du tabouret de la politique et du cheval à bascule de l’amour. De fait, ma méthode s’avérait des plus simples et j’aurai bien du mal à dénicher quelque gogo à qui la vendre.

    Donc, plus de télévision, plus d’engagements, plus de bénévolat, plus de mariage…juste garder un peu d’alimentaire sain, les carottes râpées, les betteraves cuites, de l’eau, des fruits et des herbes du jardin…de temps en temps…un œuf de poule…, un peu d’hygiène…chaque semaine, et une heure quotidienne de marche forcée au milieu des embouteillages.

    Et puis la nuit, debout face à mon dictaphone…laisser filer la marche triomphante de mon chef d’œuvre…sans papier, sans stylo, sans écran, sans clavier…

    Enfin, enterrer tout cela…et attendre, après avoir été recouvert par le temps d’être découvert, un malheureux hasard…finir, peut-être dans une belle vitrine éclairée, dans le futur musée de l’Improbable…à regarder passer mes lecteurs.

  16. Laurence Noyer dit :

    Comment écrire en dormant.

    ENDORMANT
    EN DORMANT
    AN DORMANT
    ENDORMENT
    EN DORS MANT
    EN DORMANT
    EN DORS MENS
    ANDORRE MENS
    EN DOR MEN
    ENDORS MAN
    ANDES ORMEN
    …….
    Méthode plus efficace que de compter les moutons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lorem Nullam ipsum amet, Phasellus at justo diam sit ut ipsum