Pour un compagnonnage littéraire.

L’an dernier, j’ai donné une conférence sur la dyslexie chez les Compagnons du Devoir et du tour de France à Nimes. Les jeunes gens qui intègrent la Grande École des hommes de métier en compagnonnage ont la chance, au cours de leur formation, d’apprendre les secrets des meilleurs et des plus passionnés artisans de France.

Quand nous avons fait bâtir notre cabane à écrire dans les arbres par la Ste Amabois, ce sont des jeunes compagnons qui ont œuvré. Nous avons découvert des jeunes gens passionnés par leur métier et heureux d’apprendre auprès d’un tuteur expérimenté.

Depuis, je rêve qu’une organisation littéraire s’inspire des compagnons pour créer une sorte de compagnonnage ouvert aux futurs écrivains.
Que cette organisation mette en place un compagnonnage spécifique permettant aux aspirants écrivains d’effectuer un tour de France des auteurs reconnus.
L’écriture littéraire est un art comme la musique ou la peinture, on devrait pouvoir l’apprendre auprès des meilleurs (es).

Avoir la possibilité de trouver sa voix et son propre style auprès d’eux. Bénéficier de leurs conseils et de leur expérience.
En attendant que ce rêve se réalise, on peut pallier ce manque en voyageant de livres en livres, d’auteur en auteur.
En commençant par exemple par lire :

  • Voyage au bout de la nuit, (Céline)
  • Les voyages de Gulliver,
  • Voyage au centre de la terre, (Jules Vernes)
  • Voyage au bout de la solitude, (Jon Krakauer)
  • Voyage à Naples ( Sade)
  • Journal de voyage (Montaigne)
  • Écrits de voyages ( Stéphan Zweig)
    Puis, passer à l’Odyssée…

Lire aussi : se préparer à écrire un livre

« Les plus grands voyages sont immobiles »

Gilles Deleuze

Je suis dyslexique. De facétieux neurones font des croche-pieds aux mots dans mon cerveau. Mon orthographe trébuche souvent quand j’écris. Peut-être avez-vous remarqué une faute. Merci de me la signaler : blog.entre2lettres(at)gmail.com

10 réponses

  1. Laure huchet dit :

    Excellente idée. il y a aussi « voyage avec un âne dans les Cévennes » de Stevenson
    Personnellement, j’ai lu « l’art du suspense » de P. Highsmith.
    Il existe des randonnées pour réaliser des croquis pourquoi pas des marches où parler écriture!
    Laure

  2. Daniel Blanc dit :

    La sculpture des phrases, le polissage des mots, la découverte des mondes et de soi, c’est compliqué mais c’est tellement bien d’apprendre à le faire.

    merci pour cette belle idée !

  3. Leclercq dit :

    ça me laisse rêveuse, cela pourrait-il exister vraiment…
    Espoir, espérance mais pourquoi pas.
    Géographiquement je suis loin de chez vous… sait-on jamais.

    Nicole L.

  4. Marie Remande dit :

    Très belle idée! Merci 🙂

  5. Souris verte dit :

    Comme d’hab chez toi, une idée de partage …
    Moi, je suis comme les vieux singes. Je suis tombée de mon arbre, celui de l’espèce ‘ illusion ‘.
    Il reste celui de ‘ l’espoir ‘.

  6. durand JEAN MARC dit :

    Bonne idée, l’ébéniste polisseur décrivants…où, quand, comment… ??

  7. Delphine B. dit :

    C’est une idee formidable, merci Pascal de la proposer. J’aimerais pouvoir y participer d’une manière ou d’une autre.

  8. J’adore l’idée pareillement…

  9. Odile Zeller dit :

    Une excellente idée. Tous ensemble on pourrait coordonner nos carnets d’adresse.
    Une sorte d’académie en herbe ?

  10. Catherine MS dit :

    J’adore l’idée. ..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Répondez à ce calcul pour prouver que vous n'êtes pas un robot * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

risus. suscipit venenatis, et, adipiscing elementum dapibus Aliquam massa ante. elit. sem,